Mon Soulier ou l'essayage virtuel de chaussures

 |   |  408  mots
Pensé par Rosario Pose, étudiante de Skema Business School, l'école de management implantée à Sophia-Antipolis, l'innovation a séduit au point d'obtenir un French Tech Ticket. Une accélération qui va permettre à la toute jeune startup de développer son projet initialement baptisé Shoe Hunter.

Quand un designer industriel met son expertise au service de problématiques quotidiennes ça mène à l'innovation. C'est parce que la sœur de Rosario Pose se plaignait de devoir retourner nombre de paires de chaussures achetées sur le Net et qui ne convenait pas pour cause de forme, de pointure ne correspondant pas, que ce designer industriel argentine a fait mûrir l'idée d'un produit qui permettrait de mesurer exactement le pied de l'acheteuse, le tout de manière simple et virtuelle.

Améliorer le concept

Ainsi naît le projet, baptisé alors Shoe Hunter. Il est d'abord sélectionné en juillet dernier pour participer à l'European Innovation Academy, qui réunit chaque été à Nice des étudiants et dont le but est d'accélérer les projets orientés NTIC. Puis en décembre dernier, Rosario Pose est lauréate French Tech Ticket, le programme destiné à attirer en France les entrepreneurs innovants internationaux.

"La participation à l'European Innnovation Academy nous a permis de perfectionner le projet et de faire pivoter l'idée que nous avions préalablement développé", explique Rosario Pose.

C'est le pied

Mon soulier - le nouveau nom de la startup - permet donc via une photo du pied prise par l'acheteuse de scanner celui-ci et de permettre un essayage virtuel. "Grâce à la forme du pied ainsi disponible en 3D, on peut faire la correspondance avec la forme de la chaussure", détaille Rosario Pose.

Le marché, évidemment, est mondial. Ainsi un tiers des chaussures achetées via le Net sont retournées pour des problèmes de taille. En France, 415 millions de chaussures sont achetées chaque année.

Pour l'heure un prototype plus avancé est en cours de finalisation.

Le business modèle de Mon Soulier est de se rémunérer via la vente d'un forfait aux entreprises clientes. D'ici la fin du mois de février, la startup incubée au sein de Paca-Est à Sophia-Antipolis entamera une campagne de marketing via les réseaux sociaux notamment, afin de se faire connaître.

Bénéficiaire d'un financement de 47 000 euros via le programme French Tech Ticket, Rosario Pose - dont l'équipe est composée de trois autres partenaires, toutes des femmes et amatrices de chaussures tient-elle à préciser - n'envisage de levée de fonds dans l'immédiat. Mais espère rapidement faire la preuve de son concept et démontrer que Mon Soulier est une innovation qui marche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :