Comment Prescrit se positionne sur le marché du cashback

 |   |  542  mots
(Crédits : DR)
La plateforme de vente en ligne, fondée à Aix-en-Provence, cultive sa particularité : en y réalisant des transactions chez les enseignes qui lui sont partenaires, l’internaute se voit reverser une partie de la commission reçue par la startup. Ça porte un nom : le cashback.

Elle fait partie des 6 à 7 entreprises qui se sont positionnées en France sur ce marché et elle espère bien y faire largement sa place. D'autant que contrairement aux modes de consommation anglo-saxons, le cashback reste en France "un marché encore vierge. Trop peu de gens l'utilisent, il y a encore tout à faire. Mais pour changer les habitudes, il faudra passer par de la sensibilisation et de la communication. Car parmi les consommateurs qui n'y ont pas recours, il y a tout d'abord ceux qui connaissent et sont frileux... Il faut donc les rassurer, d'autant qu'il y a eu des abus par le passé. Certains utilisateurs n'ont jamais touché leur commission... Puis il y a tous ceux qui n'en ont encore jamais entendu parler", explique David Teissier, co-fondateur avec Marc Tessier de la startup.

Multiplicité de l'offre

Une condition sine qua non si Prescrit veut carburer sur la route de la croissance, car pour convaincre des enseignes partenaires, il faut bien entendu avoir une communauté de membres conséquente. Toutefois la plateforme semble attractive. "Nous avons mis en ligne la version bêta du site en mai 2016, et la version officielle en septembre. Aujourd'hui, après 6 mois d'activité, nous comptons 10 000 membres qualifiés, plus de 1 000 transactions et près de 100 000 euros d'achats en ligne. Nous avons commencé à reverser nos premières commissions..." L'objectif étant d'atteindre 60 000 à 70 000 membres d'ici fin 2017. Un volume idéal pour rallier donc de nouvelles enseignes, qui sont tout de même déjà 1 500 à avoir dit oui à Prescrit. "On y trouve de tout, prêt-à-porter, voyages, mais aussi fournitures de bureau..."

La simplicité en valeur ajoutée

Par ailleurs, la multiplication des membres est aussi essentielle pour viabiliser le modèle économique de Prescrit. Laquelle touche des commissions de la part de ses partenaires en cas de transaction et reverse jusqu'à 80 % de ces dernières, en moyenne, à ses utilisateurs. "Difficile de proposer moins, car nous ne serions plus du tout compétitifs". De fait, pour passer le seuil de la rentabilité et pérenniser l'entreprise, "il faut du volume, un nombre très important d'achats".

Pour accélérer le mouvement, les fondateurs, qui avaient préalablement fondé Prescrit avec un capital relativement élevé, à hauteur de 100 000 €, sont donc en cours de levée de fonds. Ils se donnent 6 mois pour récolter la somme qui permettra de démocratiser plus encore leur offre, via campagnes de publicité digitale. "Nous songeons également à embaucher des forces de vente supplémentaires, pour nous orienter aussi sur le BtoB et démarcher les entreprises qui peuvent passer par notre plateforme pour effectuer leurs achats professionnels : nuitées lors de voyages d'affaires, fournitures de bureau..."

Enfin, David Teissier compte aussi sur la valeur ajoutée de son site internet pour séduire davantage que le concurrent : "notre priorité, c'est l'ergonomie, la simplicité d'utilisation. Nous avons développé des extensions navigateur. A savoir qu'on peut tout installer en un clic, puis on oublie Prescrit. Quand un internaute réalise ses achats directement sur la boutique en ligne de l'un de nos partenaires, nous le détectons automatiquement et lui proposons le cashback. Nous sommes peu à avoir développé ce type d'outil numérique, et de surcroît les seuls à l'avoir fait sur tous les navigateurs".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2017 à 9:03 :
Il est bon d'indiquer que le site est disponible à l'adresse suivante : https://www.prescrit.io
Bonne journée à tous.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :