Comment Vianeo envisage son développement

 |   |  465  mots
(Crédits : Décideurs en région)
Spécialisée dans l'accès au marché des idées innovantes, l'entreprise installée à Sophia-Antipolis veut aller plus vite. D'où une levée de fonds en préparation.

Avoir des idées, c'est relativement facile. Mais transformer celles-ci en réalité, durables dans le temps et pérennes économiquement, c'est tout l'enjeu auquel se trouvent confrontées les entreprises, startup ou pas, PME et grands groupes y compris.

Compliqué ? Pas si l'on en croit Sévérine Herlin. Qui a créé Vianeo en 2008 en s'appuyant sur une méthode particulière, appelée Isma 360 et mise au point par un professeur de l'école de business management Skema BS, Dominique Vian. Cette formule magique permet via des questions précises de réussir le passage de la bonne idée à la réalité. Il s'agit par exemple de définir quelle rupture l'innovation apporte, quels sont les segments ciblés, les acteurs du marché, les moyens à disposition, les solutions existantes, le rôle de la nouveauté... Autant de questions qui peuvent ressembler à un casse-tête chinois parfois, mais essentielles pourtant pour accéder plus facilement et efficacement au Graal... l'accès au marché.

Cartes à jouer

Tous ceux qui innovent dans l'entreprise quelle que soit sa taille sont les clients potentiels de Vianeo qui cible de fait "les innovateurs" et les "manageurs de l'innovation", dit Séverine Herlin. Ce sont par exemple les laboratoires Pierre Fabre, Royal Canin, EDF, l'université Paris-Saclay, Altran ou l'incubateur Premice basé à Dijon et l'accélérateur Innovact Center installé à Reims.

La méthode, elle, se décline en plateforme ou en ateliers de formation. Il y a même un jeu de cartes pour rendre la chose encore plus ludique mais pas moins efficace.

"L'enjeu est d'être une plateforme de gestion de portefeuille d'innovation. C'est donner confiance à ceux qui portent les projets mais aussi au top management".

Des idées...

Avec la Chaire de Management de l'innovation de Polytechnique, Vianeo travaille à un projet de recherche qui complète la méthodologie employée par une méthodologie d'analyse de création de projets. Car il arrive parfois que l'idée initiale ne soit pas génératrice de chiffre d'affaires mais qu'elle puisse donner des capacités à d'autres projets et générer ainsi, en deuxième ou troisième rebond, des résultats.

"Nous souhaitons également faire davantage de data-maning" dit Sévérine Herlin. Et pour tout ça, il faut... de la monnaie sonnante et trébuchante.

...à financer

D'où cette levée de fonds pour un montant de 500 000 euros qui doit permettre à Vianeo d'accélérer son propre développement. Et qui devrait se faire auprès d'investisseurs locaux convaincus par le projet et désireux de participer, financièrement au moins, à l'aventure. L'entreprise soufflera dans un an ses dix bougies. Si elle a déjà fait la preuve du concept, reste de l'envergure à prendre. La PME emploie aujourd'hui 6 personnes pour un chiffre d'affaires de 500 000 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :