Staybler, le box and breakfast équin

 |   |  261  mots
(Crédits : DR)
Trouver rapidement un box pour son cheval, c'est la promesse de la startup créée par deux entrepreneurs originaires d'Antibes. Et c'est un marché européen qu'elle vise.

Venir combler un double manque, c'est l'idée simple mais plutôt ingénieuse de Guillaume et Jean-Baptiste Luce, Antibois associés avec la montpelliéraine  Clémence Vivarès. C'est d'ailleurs cette dernière, cavalière, qui souffle l'idée du concept sur lequel repose Staybler : créer une plateforme qui permette aux propriétaires de chevaux de trouver en quelques clics un box pour leur cheval.

Petites annonces

Créée depuis mars 2016, Staybler met donc en relation les établissements équestres professionnels et les cavaliers. Les premiers déposent gratuitement leur annonce sur la plateforme et disposent de 48 heures pour répondre aux cavaliers intéressés qui ont eux accès à toute information utile comme le nombre d'hébergements disponibles, les prix, l'accessibilité ou encore les services annexes. "Le centre équestre choisit lui-même sa politique d'annulation", explique Guillaume Luce. Le paiement se fait en ligne.

Staybler, elle, se rémunère sur la transaction, via une commission de 12 %.

"Nous permettons ainsi aux cavaliers de trouver des hébergements au gré de leurs déplacements en Europe et aux centres équestres de valoriser leur espaces inoccupés et leur visibilité", dit Guillaume Luce.

Recherche de partenaires

Lancée en version 1, Staybler, qui ne compte pas de concurrents, prévoit d'apporter des améliorations, de nouvelles fonctionnalités étant programmées pour le courant de l'année. Développée pour l'heure sur fonds propres, la startup vise un marché européen. "Nous recherchons des apports industriels plus que financiers", commente d'ailleurs Guillaume Luce qui envisage une rentabilité atteinte d'ici 2019.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :