Smart City et sécurité : objets connectés avez-vous une âme ?

 |   |  436  mots
(Crédits : Décideurs en région)
La ville intelligente est une promesse dont la sécurité est un maillon essentiel, d'autant plus qu'elle intègre le citoyen. Toujours plus présents, intelligence artificielle et objets connectés doivent être vus comme des alliés et non comme une menace.

C'est exactement ce que dit Jean-David Bénichou, fondateur de Via.io, une entreprise qui fournit des solutions cloud aux entreprises pour gérer les interactions clients. "L'intelligence artificielle et les objets connectés sont le couple le plus prometteur en matière de sécurité des biens et des personnes, et de loin". Voilà qui accrédite la thèse d'une IA bienveillante. Ce qui va aussi apporter de l'eau au moulin de Christian Estrosi qui (re)demande au Premier ministre que sa proposition de mise en place de logiciel de reconnaissance faciale soit à l'ordre du jour du parlement, demande pour l'heure restée vaine.

Réactivité augmentée

"Les dispositifs déployés en milieu urbain quels qu'ils soient, sont bourrés de capteurs qui permettent d'analyser" comportements et personnes comme le souligne Jean-David Bénichou*. Ce qui fait du big data un outil justement intelligent de détecter un événement brutal ou inattendu.

"Ce qu'il faut pour une smart city plus sûre, c'est augmenter la capacité de réaction à un événement" appuie pour sa part Serge Bertoldo*, spécialiste de la cybersécurité pour PriceWatherhouseCoopers. Et pour cela il faut en partie notamment éduquer... le citoyen.

Quel contrôle ?

"Les objets connectés sont de formidables outils mais il faut prendre les mêmes précautions que l'on prendrait avec sa maison : on n'en part pas sans fermer les fenêtres et les portes et brancher son alarme. Il faut aussi penser que la smart city concerne tout type de citoyens, pas uniquement les geeks", poursuit l'expert PWC pour la région sud et Monaco.

La question d'une réglementation qui encadrerait l'innovation est-elle souhaitable ? Serge Bertoldo répond à la question en expliquant que d'une maison que l'on verrouille pour que personne ne rentre, on n'en sort généralement pas non plus.

Autrement dit, il ne faudrait pas empêcher l'innovation d'innover.

"La société est face à une nécessité de créer une nouvelle catégorie du droit", dit pour sa part Jean-David Bénichou*, faisant référence entre autres aux voitures autonomes. Qui, en cas d'accident est responsable ? Le constructeur ? Le concepteur du radar ? Faut-il créer un droit de l'IoT ? "C'est un véritable enjeu, d'autant que nous allons de plus en plus cohabiter avec des objets connectés".

Tout cela à prendre en compte dans un contexte où l'intelligence artificielle "aura un impact supérieur à celui du micro-processeur", promet Jean-David Bénichou.

____________________

Jean-David Bénichon et Serge Bertoldo interviendront lors du colloque Safe & Smart City qui se tient ces 22 et 23 mars au CUM à Nice.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :