Les batteries prometteuses de Nawa Technologies

 |   |  501  mots
(Crédits : DR)
Tout va pour le mieux pour les batteries ultra-rapides de la startup basée à Aix-en-Provence et dont les tests sont concluants. Prochaine échéance : la validation des performances avec ses partenaires industriels, condition sine qua non à une nouvelle levée de fonds.

C'est acté depuis quelques jours : les tests concernant les batteries ultra-rapides au carbone sont concluants. "En 2016, nous avions mis en œuvre une ligne de production pilote et commencé à la faire fonctionner. L'idée étant de montrer que l'on pouvait, dès cette année, sortir nos premiers prototypes. La bonne nouvelle, c'est que cela fonctionne! Nous pouvons les fabriquer aussi bien que nous l'avions prévu, dans les bonnes conditions de vitesse", se réjouit Pascal Boulanger, le fondateur, ex-CEA et PDG de la startup.

Validation industrielle

Dans le détail, l'objet de la ligne de production consiste en la réalisation d'électrodes, lesquelles sont ensuite exploitées lors de l'assemblage des batteries, qui se fait pour l'heure, manuellement. "La nouvelle échéance pour 2017, c'est donc de valider les performances de ces dernières avec nos industriels partenaires : EDF pour ce qui est des applications en réseaux électriques et EnR, Socomer pour celles relatives aux systèmes de secours, Thales pour les applications embarquées... Mais aussi l'European Space Agency, aux côtés de laquelle nous sommes engagés dans un projet, avec la joint-venture Airbus Safran Launchers ainsi qu'Almatech. Enfin, nous avons également un projet avec Gemalto". Une validation des performances qui se pose en condition sine qua non à la suite : une nouvelle levée de fonds dont pour l'heure, le montant n'est pas communiqué (mais elle pourrait se chiffrer de 10 à 35 M€), et qui pourrait se boucler d'ici la fin du deuxième trimestre 2017.

Cap européen

L'objet de cette opération : financer l'industrialisation. "Notre priorité est européenne, nous comptons nous insérer dans un axe franco-germanique. Nous envisageons donc trouver en Allemagne des partenaires stratégiques. Par ailleurs, en termes de production, plusieurs sites sont à l'étude en Provence Alpes Côte d'Azur".

Une usine devrait donc voir le jour en 2018 ou 2019. Tout ceci sera le préalable à une deuxième étape de croissance : l'internationalisation et la production de masse. Elle passera notamment par une conquête du marché asiatique, prévue pour 2020. "Mais pour attaquer la zone Asie Pacifique, il faudra s'implanter et produire sur place".

Chiffre d'affaires généré dès cette année

Ainsi, Nawa Technologies devrait générer du chiffre d'affaires de façon plus que significative avec la sortie de terre de l'usine. "Nous visons 15 M€ à horizon 2020", avance Pascal Boulanger. Sachant que tout de même, la start-up en engrange déjà grâce à sa petite capacité de production. "Nous proposons à nos partenaires des prestations qui sont celles d'un bureau d'études, visant à réviser les modes d'usage de leurs équipements". L'objectif : regarder les dispositifs électriques des appareils du client et proposer d'optimiser la capacité de recharge plus que l'autonomie sur ces derniers, en intégrant la batterie. "Le chiffre d'affaires ne se fait pas sur la vente de la batterie, mais bel et bien sur celle des prestations d'études. Cela sur trois secteurs applicatifs : l'électro-portatif professionnel, la petite mobilité et la logistique", conclut Pascal Boulanger.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :