Qui est Cogofly, le Blablacar des globe-trotters

 |   |  355  mots
(Crédits : Reuters)
Rompre la solitude du voyageur solitaire, c'est le but de ce réseau social international né à Marseille. Qui entend faire aussi bien que le géant français et s'installer sur un secteur en recherche d'innovation.

Combler un manque, relier les voyageurs entre eux - d'abord virtuellement avant de le permettre réellement - partager les bons plans et les adresses incontournables... Tels sont les objectifs, multiples, de ce réseau social né en 2016, imaginé par Franck Lagathu.

Mise en contact

"Je suis parti du constat d'un manque de passerelle pour mettre en contact des voyageurs, se déplaçant souvent en solo", raconte ce cadre commercial d'Airbus Helicopters qui sait de quoi il parle. "L'objectif est de redonner aux personnes ne voyageant plus, de voyager à nouveau. Et à celles voyageant peu, de voyager encore davantage". Projet de long déplacement, de week-end ou de simple départ vers une destination, il suffit d'effectuer une recherche directement via le réseau. L'idée étant d'y trouver toutes les indications que l'on trouve habituellement en surfant sur les différents forums : bonnes adresses, conseils... Mais surtout de créer du lien social.

"Cogofly permet d'échanger avec des personnes ayant les mêmes centres d'intérêts, de lever les barrières linguistiques, de partager des frais d'hébergement comme le partage des chambres doubles, de bénéficier parfois de meilleurs tarifs réservés aux groupes et auquel on n'a pas accès tout seul...", détaille Franck Lagathu, rappelant que l'on "compte 4 millions de personnes seules et 18 millions de célibataires". Autant dire que le marché semble être existant.

Prendre son envol

Pour l'heure disponible en version freemium, Cogofly intégrera rapidement une version premium, comprenant des services additionnels tels que la possibilité de bénéficier d'un guide sur place ou de pouvoir mettre des notes. Mais avant, il faut passer par la case levée de fonds. Un tour de table d'un montant de 200 000 euros qui devrait être idéalement bouclé d'ici la fin de l'année. Car il faudra, outre développer la plateforme, également communiquer sur le concept.

Pour l'heure Cogofly réunit 3 500 membres. Des partenariats ont également été signés avec un bloggeur français et une société pour expatriés. D'ici trois mois, le site sera également disponible en chinois et en espagnol.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :