Comment Traxens a séduit SNCF Logistics

 |   |  486  mots
(Crédits : DR)
Après le containeur connecté, la startup basée à Marseille invente le fret intelligent. Ou quand un boîtier informatisé permet de digitaliser un business qui en a bien besoin.

Elle s'était déjà faite remarquée grâce à sa technologie qui, sous forme de boîtier informatisé, permettait de rendre les conteneurs des transporteurs maritimes intelligents, c'est-à-dire traçables. Une technologie qui n'avait pas laissé CMA CGM insensible, l'armateur marseillais entrant, de fait, au capital de la startup née en 2012, rejoint l'an dernier par MSC.

Sur de bons rails

La voici désormais sur un autre segment du transport, le fret ferroviaire. C'est via un partenariat d'innovation que la jeune pousse s'est liée avec SNCF Logistics, qui revendique être le premier opérateur français de transport et logistique et le quatrième européen. L'idée, évidemment, est d'apporter une touche digitale qui va bien à un secteur vierge en la matière.

S'il a fallu une année complète de recherche, travaux, études, essais à deux pour arriver à un produit mature cela a aussi été possible grâce à tout ce qui a été développé pour le secteur maritime. Comme l'explique Michel Fallah, son PDG, c'est tout le backbone technologique du maritime qui a été utile. Mais surtout, voilà le digital entrer de plain pied dans un secteur en forte demande d'innovation.

Tirer le secteur vers le numérique

Et ici, les opportunités sont multiples. "Les locataires de wagons veulent connaître le nombre de kilomètres parcourus. L'entreprise ferroviaire, elle, a besoin de réduire ses coûts de contrôle. Le boîtier permet d'automatiser un certain nombre de tâches qui vont réduire le coût d'exploitation. Le client final, lui, a besoin d'optimiser le coût de ce déplacement", détaille Michel Fallah. Et comme le PDG l'expliquait au moment de la mise sur le marché de conteneur intelligent, l'enjeu est aujourd'hui celui des volumes transportés, des volumes grandissants que la data permet de maîtriser.

Doublement intelligent

Dans le partenariat noué, SNCF Logistics  apporte sa connaissance des attentes des acteurs du fret.

Et à l'heure où l'on parle du ferroviaire pour désengorger la route, évidemment que la digitalisation est une plus-value essentielle. Surtout que le boîtier, vraiment très intelligent, ne permet pas uniquement de suivre les wagons à la trace, il est également capable d'envoyer des informations sur l'état des rails.

"Notre innovation redonne de la perspective à des activités qui s'appuient sur des technologies qui ne sont plus opérantes", souligne Michel Fallah.

Mais l'enjeu est encore plus large que cela. Car comme pour le maritime, il est indispensable que tous les wagons, affrétés par différents acteurs, soient alignés sur la même technologie. Le boîtier connecté a donc vocation à devenir un standard. De quoi déclencher des discussions avec d'autres opérateurs. Certaines sont déjà en cours. Et Traxens, qui emploie 72 personnes et a réalisé un chiffre d'affaires 2016 de 800 000 euros de confirmer ses perspectives d'un chiffre d'affaires 2017 compris entre 5 à 8 M€.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/04/2017 à 21:45 :
Pouvez vous supprimer mon commentaire ? Je me suis trompée
Je voulais m'envoyer l'article
Merci
a écrit le 03/04/2017 à 21:44 :
Regarde

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :