DSMed, le GPS qui veut aider les professionnels de santé

 |   |  454  mots
(Crédits : DR)
Accompagner tout à la fois les médecins, les assurances et organismes de santé ainsi que les laboratoires pharmaceutiques, c'est le principe 3-en-1 de la startup basée près de Grasse dont l'application se veut un outil d'aide à la décision intelligent.

Comme souvent, ce qui relève de l'e-santé pertinente naît du besoin utilisateur, c'est-à-dire un manque observé par le professionnel concerné. C'est bien comme cela que DSMed a vu le jour, prolongation entreprenariale d'un logiciel pensé par un cardiologue originaire du Var.

Consolider

Créé en août 2016 à Cabris, près de Grasse, la startup azuréenne développe ainsi une application d'aide au diagnostic. Basée sur des arbres décisionnels et des algorithmes médicaux validés par les hautes autorités de santé, elle intervient lors de la prise en charge médicale des patients. L'idée étant de consolider le diagnostic afin d'aider le médecin, qui reste seul décisionnaire de la prescription adaptée, mais qui le fait ainsi en toute connaissance des recommandations, par ailleurs de plus en plus nombreuses.

Présentée sous forme de canevas, l'application fournit un compte-rendu automatisé et paramétrable en fonction des réponses et sélections faites par le médecin.

Effet rassurant

Cependant, l'application vise également les laboratoires pharmaceutiques, lesquels peuvent ainsi valider les effets des molécules en administration réelle. Ce qui à l'avantage de permette l'analyse et le diagnostic des doutes pathologiques.

Et puis, il y a aussi les assureurs et organismes de santé qui ne restent pas indifférents à ce outil qui à l'avantage de sécuriser l'administration des médicaments. "En cas d'incident, les assurances peuvent être condamnées à payer au civil comme au pénal. Or DSMed sécurise l'administration du médicament" explique Guilhem Juers, le président, également en charge de la direction développement stratégique et commercial. Un garant en quelque sorte.

Financer la mise sur le marché

Avec une mise sur le marché programmée pour fin 2017 / début 2018, DSMed active son développement et prépare une levée de fonds qui devrait se dérouler en deux temps. D'ici le mois de septembre, elle souhaite finaliser un tour de table d'un montant de 250 000 euros qui devra permettre la labellisation à la Société française de Cardiologie. Il s'agit aussi de rémunérer les experts médicaux. Puis une seconde levée, pour un montant de 1,1 M€, sera dédiée au financement de l'application en mode web. "Nous devons intégrer un expert médical et un expert juridique", dit Guilhem Juers, rappelant que depuis 2017, les logiciels sont considérés tels des dispositifs médicaux. L'équipe est actuellement composée de trois personnes en interne et de quatre personnes en externe. Quant à la concurrence, celle-ci est toute relative estime le président de la startup. "Certaines applications ont des briques communes avec DSMed mais aucune ne couvre l'ensemble de ce que propose notre outil".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :