Qui sont les pépites de la smart city ?

 |   |  1236  mots
Développée à Nice par Antoine Agnetti et Raphaël Coulmeau, étudiants à l'Edhec, qui avouent avoir tout appris sur le tas, grâce à... YouTube, Wilout permet aussi d'acheter directement son ticket, de manière sécurisée.
Développée à Nice par Antoine Agnetti et Raphaël Coulmeau, étudiants à l'Edhec, qui avouent avoir tout appris sur le tas, grâce à... YouTube, Wilout permet aussi d'acheter directement son ticket, de manière sécurisée. (Crédits : DR)
Imaginer la ville de demain et les services qui vont avec est un terreau de développement pour les startups. Imaginatives, inspirées, elles savent aussi innover, et pas seulement dans un sens technologique... Zoom sur sept pépites.

Key Infuseur ou le robot intelligent

Quand la robotique vient au secours du retail et du consommateur, c'est une autre façon de montrer que la technologie est utile surtout quand elle s'adresse à Monsieur Tout-le-monde. KiOne, c'est ce robot fin et élancé, destiné au consommateur, à qui il doit faciliter la prise en main et la compréhension des objets connectés ou des applications smartphones, en faisant preuve de ce qui peut parfois manquer au vendeur lambda : la pédagogie et la patience. Ainsi KiOne est programmé pour répéter inlassablement l'usage du produit, quel est son intérêt et surtout comment on l'utilise. Créée en juin 2015, la startup s'inscrit aussi dans la tendance multicanal. « Le consommateur vient en magasin pour tester les produits », fait remarquer Domitille Esnard-Domerego, ingénieure de formation et fondatrice de la startup basée à Sophia-Antipolis. KiOne a déjà été en pilote chez Orange et Monaco Telecom. « Nous avons une technologie complète, unique » mais qui va encore pousser plus loin le concept. Car, bientôt, KiOne pourra réagir en fonction des émotions. Pour mener à bien ce projet, Key Infuseur est en phase de levée de fonds. La commercialisation est prévue pour ces prochains mois. Avec un objectif de chiffre d'affaires de 10 millions d'euros d'ici 2 019.

Du chariot à la chambre connectée façon One Check

Digitaliser le housekeeping et la maintenance des établissements hôteliers grâce à une application et un back-office, c'est l'innovation développée par Virginie Lafon, gouvernante générale d'hôtel, qui invente donc le chariot connecté. Contrôle des chambres, actions de maintenance préventive, suivi des stocks avec contrôle et calcul des ratios, gestion dynamique des incidents... La solution se veut suffisamment complète pour véritablement suivre en temps réel des tâches dont le bon déroulé conditionne le séjour du client. Née d'un besoin métier, l'idée a été imaginée en 2012 à l'occasion du concours de meilleur ouvrier de France, qui a récompensé Virginie Lafon. Il faudra cependant deux années de développement avant que la solution soit commercialisée fin 2014, rendant celle-ci plus ergonomique, avec un champ fonctionnel plus large. C'est l'enseigne Best Western qui, la première, s'enthousiasme pour ce chariot numérique d'un nouveau genre, équipé d'une tablette lui permettant de rester en contact permanent avec la gouvernante. Encouragé dans cette voie, One Check a depuis déployé le concept à la chambre connectée.Plus seulement réservée au domaine hôtelier, la solution séduit aussi les secteurs de l'hôtellerie de plein air, les résidences de tourisme ou encore les Ehpad et les cliniques.

Smart Service Connect ou l'immobilier connecté

Quand un professionnel de l'immobilier - Benjamin Mondou - croise la route de deux spécialistes du numérique - Emmanuel Souraud et Jean-Denis Paris -, ça donne un trio qui compte bien mettre une couche de digitalisation dans un secteur très attentif à l'innovation. Installée au CEEI (Centre européen d'entreprises et d'innovation) de Nice, la startup a mis au point une technologie brevetée qui, grâce au beacon, cette balise Bluetooth économe en énergie et de taille réduite, peut envoyer de l'information en mode push. Si initialement, il fallait répondre à la problématique des panneaux « À vendre » et « À louer », considérés par de nombreuses communes comme de la pollution visuelle et donc interdits, d'autres applicatifs ont rapidement été identifiés. Notamment pour les syndics d'immeubles, capables de « pousser » de l'information auprès des habitants. Mais le smart building est un vaste domaine plein de promesses et de possibilités. Car à partir du moment où il est équipé, le bâtiment pourrait également recevoir de l'information en provenance de la collectivité sur tout ce qui est risque environnemental. Pour l'heure Smart Service Connect est positionné sur le secteur du property management et du secteur HLM. Elle prévoit d'ici 2019 un chiffre d'affaires de 4 millions d'euros.

Wilout, l'appli « festive »

Ou comment ne plus sortir par hasard... Disponible depuis le mois d'août dernier, l'application veut être une plateforme capable de faciliter les sorties culturelles tout en créant une communauté. Développée à Nice par Antoine Agnetti et Raphaël Coulmeau, étudiants à l'Edhec, qui avouent avoir tout appris sur le tas, grâce à... YouTube, Wilout permet aussi d'acheter directement son ticket, de manière sécurisée. Et crée une communauté en intégrant des informations sur les lieux de sorties et les avis des utilisateurs. C'est sur la transaction effectuée que Wilout compte faire reposer son modèle économique puisqu'elle se rémunère sur l'achat réalisé. Espèrant également mettre en place des partenariats avec les offices de tourisme, elle revendique 8 000 utilisateurs réguliers.

Boogi fait bouger le transport

Prendre la voiture, sauter dans un bus, finir son trajet à pied... Utopique ? Pas pour Instant System, la startup installée au CEEI de Nice et qui a développé une plateforme permettant de faire du covoiturage dynamique avec la particularité de baser l'échange non pas en monnaie sonnante et trébuchante mais en points. L'autre particularité de Boogi, le nom de l'application dédiée, c'est de prendre en compte en temps réel le flux et ses possibles engorgements. Ce qui revient à guider le voyageur vers la meilleure solution possible. Après Nice, Bordeaux et Lisbonne, la startup de Yann Hervouët prévoit de se lancer à Lyon.

Milanamos fait planer les aéroports

Fournir aux aéroports et aux compagnies aériennes une plateforme d'analyse prédictive permettant de dénicher de nouvelles opportunités, c'est l'idée qui mène à la création de cette jeune pousse par un pro de l'aérien, Christophe Imbert, et d'un produit, baptisé PlanetOptim. Ainsi, une compagnie aérienne qui voudrait créer une nouvelle route pourrait « tester » la possibilité et les parts de marchés qu'elle peut en attendre. Un outil éminemment stratégique, qui équipe aujourd'hui 25 clients dans le monde, d'ADP à RwandAir en passant évidemment par la plateforme aéroportuaire de Nice, via son autorité consultante, Nama. Mais désormais, c'est au multimodal qu'elle s'intéresse, avec la volonté de faire évoluer son produit vers une plateforme collaborative qui puisse également intégrer d'autre type de transport. La R&D est menée avec le laboratoire I3S, unité mixte de recherche CNRS/Université Nice Sophia-Antipolis.

Greenerwave amplifie les ondes wifi

Son truc, c'est éviter les communications qui s'interrompent, les téléchargements qui prennent un temps infini, bref tout ce qui a de quoi agacer dans un monde où la fluidité du débit est considérée comme évidente. Pour y remédier, il est commun d'avoir recours à des solutions telles que récepteurs, femtocells ou technologies Mimo. Sauf que celles-ci rajoutent des ondes électromagnétiques aux ondes électromagnétiques... ajoutant une couche de pollution. Greenerwave permet de « rassembler » les ondes présentes dans un environnement clos et de faire en sorte que toutes les ondes convergent vers l'appareil mobile. Comment ? Grâce à des plaques qui peuvent être intégrées dans le bâti, sur un objet de la maison ou même sur la coque d'un portable. Greenerwave, qui emploie cinq salariés et bénéficie de l'expertise de cinq chercheurs en statut de consultants, envisage un premier chiffre d'affaires en 2017 de l'ordre de 500 .000 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :