Comment Crosslux veut s’imposer sur la couche mince

 |   |  575  mots
(Crédits : DR)
Elle veut conquérir le monde avec son vitrage photovoltaïque transparent : l'entreprise basée à Rousset pourrait tirer largement partie de la technologie rachetée en 2016 chez Nexcis. A savoir, celle de l’électrodéposition.

Elle ambitionne de devenir leader de la couche mince : le projet de Crosslux consiste en effet dans le développement d'un vitrage photovoltaïque transparent. C'est notamment à la faveur d'une levée de fonds de 1,7 M€, opérée en 2015, qu'il a connu une avancée significative. Somme qui a notamment permis le rachat, pour 700 000 €, de lignes de production de l'entreprise Nexcis, spin-off de l'Institut de Recherche et Développement sur l'Énergie Photovoltaïque, intégrant justement cette technologie, dite de l'électrodéposition. "Outre le rachat, la réinstallation et la remise en œuvre de ces lignes a coûté autant d'argent. Par ailleurs, nous avons repris 13 salariés de Nexcis, afin de garder, en plus de l'équipement, le savoir-faire lié à ce procédé", explique Pierre-Yves Thoulon, le fondateur de Crosslux. Industrialisation aujourd'hui en cours... même si la totalité de l'équipement sera plutôt opérationnel d'ici l'automne. "Ce qui nous limite, c'est le financement. Cela prend du temps... Nous avançons un peu au rythme de l'arrivée du cash". Et la capacité de production reste modeste. Mais le fondateur a d'ores et déjà lancé une nouvelle levée de fonds, intermédiaire, de l'ordre de 2,3 M€ afin de pouvoir amorcer le passage à un volume supérieur. "Une dernière levée aura lieu en fin d'année. Nous en étudions le montant, mais elle devrait être de l'ordre de 10 à 30 M€. C'est ce qu'il faut pour avoir une capacité de production de 100 000 à 500 000 m2 de verre par an. Et c'est à cette échelle seulement que nous serons crédibles, notamment à l'international".

Un marché mondial de plusieurs milliards de dollars

Car l'ambition de Crosslux est bien évidemment de s'exporter. Elle a en cela un potentiel, puisque parmi les trois gros mondiaux qui se sont positionnés sur la couche mince, Stion aux Etats-Unis, Solar Frontier au Japon et Avancis en Allemagne, aucun n'a investi le segment de marché du bâtiment, ce que vise justement Crosslux, ciblant prioritairement le tertiaire. Mais c'est aussi le cas de Sunpartner Technologies et de Vinci, qui ont signé un partenariat pour développer eux aussi du vitrage photovoltaïque destiné à équiper les bâtiments. "Ils utilisent pour ce faire des panneaux de chez Avancis, qu'ils perforent au laser. Ce que notre technologie d'électrodéposition permet d'éviter. Nous maîtrisons totalement la technologie Nexcis, qui vise à créer la transparence directement sans subir de perte de matière" argumentePierre-Yves Toulon. Pas étonnant du reste que les acteurs se positionnent sur ce marché du vitrage photovoltaïque, évalué à près de 3,5 Mds de dollars en 2020... Ainsi, Crosslux avance ses pièces sur l'échiquier, en attendant la commercialisation future de ses vitrages. Prenant déjà les contacts : "notre stratégie, c'est de développer des partenariats avec les bureaux d'études, les maîtres d'ouvrage et tous autres acteurs qui seront en position de prescrire notre technologie. Nous avons déjà conclu un accord avec Bouygues Construction". Tandis qu'hors des frontières, c'est l'Amérique du Sud et l'Asie du Sud que l'entreprise provençale a entrepris d'approcher. "Nous n'exporterons pas les vitrages fabriqués chez nous. Le modèle, c'est plutôt de répliquer notre usine dans des zones internationales d'intérêt, en lien avec des partenaires locaux". Une stratégie et un produit disruptif qui permettent à Pierre-Yves Thoulon de prévoir à horizon 2020 "un chiffre d'affaires de plusieurs dizaines de millions d'euros".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/05/2017 à 18:37 :
À noter que contrairement à ce que laisse penser l'article, nous sommes deux fondateurs, Marc Ricci, président de la société, et moi-même. Ça a son importance ; notre complémentarité est un des facteurs clé de succès de Crosslux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :