Fabien Mitoire : "Le numérique est un formidable outil de l'économie de la construction"

 |   |  528  mots
(Crédits : Décideurs en région)
3D, réalité augmentée, maquette numérique… le smart building, encore il y a peu théorique, est une réalité… qui se démocratise. Une accélération apportée par le numérique qui évidemment bouleverses les méthodes de travail et de réflexion des professionnels de l'immobilier, explique le directeur d'agence Var est et Alpes-Maritimes de Bouygues Immobilier.

Un bus connecté avec tablettes et possibilité de "plonger" directement dans les projets immobiliers... C'est l'une des nouvelles façons qu'emploie Bouygues Immobilier pour rencontrer et convaincre ses potentiels clients. Encore innovante il y  a quelques années, la méthode est tout ce qu'il y a de plus "normale". Passée au statut de us et coutumes. Le numérique, cette vague qui bouleverse tout, est passée par là. Non seulement elle modifie la façon de vendre mais aussi la façon de concevoir en amont et de gérer les bâtiments en aval.

Toujours plus smart

"La maquette physique était déjà un excellent outil de vente. Désormais, les films permettent de se promener dans un futur logement depuis son salon. La réalité augmentée montre la projection du bâtiment sur site... Nous accélérons fortement sur ce type d'outils qui offrent une meilleure projection dans le rendu du projet", explique Fabien Mitoire, le directeur agence d'agence Var est et Alpes-Maritimes chez Bouygues Immobilier.

Le smart building c'est bien sûr un logement équipé de tout ce qui va bien en terme de domotique ou de services digitaux. Mais surtout, le numérique impacte encore bien plus grandement la façon de concevoir le bâtiment en amont. "La maquette numérique nous permet d'avoir une meilleure vision sur les produits mis en vente. Elle est une immense base de données". Et en aval aussi, ça rend l'entretien bien plus aisé. "Pour un bailleur social par exemple, il sera facile ensuite de cliquer sur les menuiseries pour en connaître les données techniques et lancer un nouveau marché de renouvellement. Toutes les données y afférant seront intégrées. On évite ainsi les malfaçons et les délais trop longs". Gain de temps, efficacité, précision. Evidemment tout cela a de quoi changer les métiers.

Restructurer

"Le numérique change l'exercice de notre profession. On voit apparaître le métier de BIM Manager. L'architecte aussi intègre plus tôt dans le cheminement du projet, les détails qui s'y rapportent. Des métiers inévitablement vont disparaître. Mais cela va nous permettre de nous concentrer sur des tâches plus essentielles. Le numérique est un formidable outil de l'économie de la construction". La révolution digitale ne vient d'ailleurs pas toujours du citoyen. "Le client n'est pas toujours facteur d'innovation. C'est à nous de proposer des services, d'aller le chercher et pas toujours quand il s'y attend. Nous sommes beaucoup sur le test and learn, sans d'ailleurs toujours savoir où cela nous mène". Les startups sont d'ailleurs une source d'inspiration. "Une partie de nos innovations sont faites avec elles. Nous y sommes attentifs, nous essayons de les favoriser, de les accompagner parfois. Ça bouge vite et les startups ont plein d'idées pertinentes". Et Fabien Mitoire de reconnaître que si le numérique demande certainement des investissements plus lourds en amont des projets, s'il oblige à repenser la façon de penser de A à Z un projet immobilier, il est "une opportunité à saisir et pas un changement à subir".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :