Taiwan, l'axe de développement de la French Tech Culture

 |   |  635  mots
AniComic est la première startup originaire de Taiwan a avoir été accélérée par The Bridge, à Avignon.
AniComic est la première startup originaire de Taiwan a avoir été accélérée par The Bridge, à Avignon. (Crédits : DR)
Le rapprochement entre ce bout de Chine et The Bridge, l'accélérateur basé à Avignon, est bien plus stratégique qu'il n'y paraît. Où il est question de startups, mais pas que.

Il aura suffit d'une visite du Ministre de la Culture taiwanais au Festival d'Avignon il y a deux ans pour que de son expérience du Roi Lear regardé via les lunettes intelligentes de Theatre in Paris (permettant des "sous-titres" en mandarin) naisse l'idée d'une collaboration avigno-taiwanaise sur le sujet des nouvelles technologies et de la culture. Outre le fait d'avoir invité la pièce à se produire à Taiwan, le ministre va aussi permettre l'an dernier au président du Grand Avignon et au directeur du développement de la French Tech Culture d'emmener avec eux trois startups. Histoire d'humer l'air du pays et des technologies qui là-bas s'y développent.

Echange de bons procédés

Un déplacement si fructueux que voilà à son tour une jeune pousse taiwanaise venir respirer le bon air numérique de The Bridge, l'accélérateur posé à Avignon. AniComic arrive donc en avril dernier. Cette plateforme de BD conçue pour Iphone permet à tout un chacun de créer, personnaliser et partager leurs propres créations incluant un logiciel d'édition pour les créateurs, une application pour les lecteurs et un système d'analyse qui permet de détecter les histoires avec un bon potentiel.

Le passage par The Bridge ? Non seulement, "nous avons modifié l'application afin que tout un chacun puisse raconter une histoire même s'il n'est pas un grand dessinateur. Mais surtout le logiciel d'analyse permet de mesurer le degré d'appréciation. Il permet de savoir ce qui plaît, de quantifier le niveau d'adhésion à l'histoire", explique Jean-François Césarini, le directeur du développement de French Tech Culture. Ce qui pourrait bien intéresser les producteurs de théâtre tout autant que les producteurs d'autres formes d'expression créative.

Claire Chen, la co-fondatrice de la startup estime pour sa part que le marché de la BD, important ici, lui a permis de renforcer sa créativité et que désormais les créateurs ne craignent plus les conséquences des nouvelles technologies. Sans oublier bien sûr, l'adaptation nécessaire aux besoins européens, différents des besoins asiatiques. L'intérêt c'est aussi l'implication d'AniComic dans le tissu local. Outre une expérience qui sera menée pendant le prochain festival d'Avignon, il y a aussi ce projet de collaboration - pas entièrement défini - avec les étudiants de l'Université d'Avignon et cette plateforme dédiée à l'histoire d'Avignon et à ses endroits insolites et méconnus. Une implication vers le secteur touristique qui doit montrer comme le souligne malicieusement Claire Chen, qu'Avignon ne se résume pas uniquement à son célèbre pont.

Culture et nouvelles techno, le bon duo ?

C'est ce que tend à dire Lin Man Ling, la directrice de la Fondation nationale pour les arts et la culture de Taiwan, qui semble avoir trouvé à Avignon le juste mix entre culture et numérique. "Les nouvelles technologies sont incontournables, mais ce sont une interface, qui, sans culture n'est pas intéressante. Tout ce qui se passe en France se passe aussi à Taiwan. Le mélange entre culture et numérique est une problématique à laquelle on réfléchit beaucoup actuellement. La question aujourd'hui c'est comment valoriser le contenu culturel, avec quel modèle économique". Avec sous-tendue, la question de comment innover de manière interdisciplinaire et faire collaborer étroitement les artistes avec les entreprises.

C'est re-parti

Autant de réflexions qui trouveront peut-être une réponse. Car le partenariat Taiwan-French Tech Culture, se renouvelle. Une seconde startup taiwanaise devrait intégrer The Bridge, les sélections étant actuellement en cours. Et la French Tech Culture devrait aller se poser définitivement du côté de Taiwan via un espace dédié qui serait un lieu de pré-incubation et de sourcing des talents locaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2017 à 9:41 :
"Un bout de Chine..."!!! non!! Taiwan est un Etat souverain!
a écrit le 31/05/2017 à 9:01 :
Taïwan n'est pas "un bout de Chine" !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :