Shapper, la solution qui crée des applis

 |   |  563  mots
(Crédits : DR)
Issue de l'expertise de Synertic, basée au Tholonet, elle permet aux entreprises et autres entités de créer et gérer eux-mêmes leurs applis mobiles.

Cette entreprise du Tholonet réalisait jusqu'ici exclusivement des applications mobiles spécifiques en direct auprès de ses clients. Soit près de 115 depuis sa création en 2010, auprès d'acteurs de l'économie tels Arianespace, Vinci Facilities, Kedge Business School ou encore Essilor... C'est justement fort de cette expertise que Synertic a décidé de passer un autre cap. Elle a donc créé Shapper, une solution numérique qui permet à un tiers "la création et la gestion d'une application native iOS et Android, totalement personnalisable avec un large spectre fonctionnel. Ainsi, une organisation peut disposer d'une application mobile à son image et ses couleurs, simple et rapide à mettre en œuvre et à administrer en toute autonomie, sans aucune connaissance en programmation", explique Bruno Doucende, président et fondateur de Synertic. Sachant qu'elle se pilote sur le principe d'une solution "cloud" accessible depuis un navigateur web. Sa principale valeur ajoutée ? Son prix ! Créer son application via Shapper revendique être 10 fois moins chère que le recours à un prestataire de service. "Le coût se décompose en frais d'initialisation. De quoi lancer le process, prodiguer un accompagnement, une formation sur l'outil et amorcer la mise en place du menu, puisque les clients ne partent pas avec une page complètement blanche... Enfin, on se charge aussi du process de publications sur les stores". Outre ces frais, le modèle économique repose aussi sur de l'abonnement mensuel. "Tout dépend des fonctionnalités retenues, notifications push, prestations d'accompagnement... et non de la volumétrie. Ainsi avec Shapper, il n'y a pas de coûts d'investissement, seulement d'exploitation..."

Renforcer l'équipe commerciale

Lancée fin 2016, Shapper a déjà convaincu une vingtaine de clients et Synertic se trouve en discussion avec bien d'autres... "Nous pensions que les petites structures seraient majoritairement intéressées, mais nous avons aussi beaucoup de majors conquis par ce système, notamment pour mettre en place des applications métiers, internes à l'entreprise". L'objectif est clairement de dépasser la centaine d'abonnements cette année. Ce par le biais d'une commercialisation à double détente : vente directe d'un côté, partenariats avec des distributeurs de l'autre, type web agency, agences de communication susceptibles de proposer à leurs clients de concevoir leurs applications et de les gérer pour eux via Shapper. Synertic compte renforcer dans cette optique son équipe commerciale et recruter deux collaborateurs supplémentaires d'ici fin 2017.

Pour autant, l'entreprise ne mise pas exclusivement sur cette nouvelle solution numérique. Elle mènera de front la commercialisation de cette dernière et son activité initiale, le développement d'applications spécifiques pour le compte de clients. "Toutefois l'idée, c'est que Shapper soit une locomotive en tirant notre activité vers le haut"... et génère donc davantage de chiffre que l'activité historique de Synertic, sachant que "l'on est déjà sur des forts taux de croissance, et un doublement  de notre chiffre d'affaires chaque année", observe Bruno Doucende. Et la voie est relativement libre : Shapper se connaît seulement deux concurrents au national, en Corse et à Montpellier. "Mais ces trois solutions ont chacune leurs spécificités. La première est davantage positionnée sur les aspects visuels quand nous sommes sur un panel de fonctionnalités plus étendu. La seconde propose plutôt des systèmes d'espaces privatisés type extranet et intranet". De bon augure, donc.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :