onTracks, le guidage intuitif des sportifs

 |   |  725  mots
(Crédits : DR)
Comment ne pas perdre de temps lors d’une randonnée en sortant carte et boussole et se laisser guider de façon intuitive et non intrusive ? C’est le pari de start-up basée à Marseille.

Ancien diplômé de Kedge BS, Philippe Leca travaillait dans la finance depuis 24 ans et rêvait de monter son entreprise... Chose faite avec la création de onTracks...  et la mise sur le marché, fin 2017, d'une solution innovante et intuitive à destination des sportifs. C'est la pratique du VTT, du trail et autres sports de randonnée qui a alimenté l'idée de l'entrepreneur : "lorsqu'on veut suivre un parcours dans la nature, il n'est pas toujours simple de s'orienter. Il faut s'arrêter, sortir la carte ou la boussole... C'est un frein. Je voulais développer une solution qui permette de faire venir l'information à l'utilisateur, mais moins intrusive qu'un GPS". D'où l'idée d'une application numérique, reliée à deux bracelets. Et ces derniers se mettent à vibrer selon que l'on doive tourner à droite ou à gauche, 15 secondes avant l'intersection, puis lorsque cette dernière se présente... "Une deuxième information lumineuse apparaît de façon circulaire sur le bracelet. Enfin, l'écran LED du bracelet indique l'intersection avec un pictogramme. L'application, quant à elle, est intelligente et propose des parcours issus de la communauté On Tracks... mais aussi d'autres sites de parcours de running, avec lesquels la start-up met en place peu à peu des partenariats". Elle a par ailleurs remporté un appel à projets auprès de l'IGN afin de pouvoir exploiter l'expertise cartographique et les bases de données de l'institution.

Une multiplicité de champs applicatifs

La preuve de concept est montée en un an et demi, le hardware est pris en charge par le cabinet PDCI, le software est développé en interne, tandis que le design est confié au cabinet parisien Nodesign.net. Et le produit fini voit le jour... Il a déjà tapé dans l'œil de quelques décideurs. "Nous sommes allés au CES Las Vegas en janvier dernier et nous avons eu beaucoup de succès". Cerise sur le gâteau, il n'intéresse pas seulement les acteurs du sport. Par exemple, des institutions du domaine de la défense ont aussi fait part de leur intérêt. "A Las Vegas, nous étions partis avec des convictions, nous sommes revenus avec des certitudes. Notre solution recouvre finalement un champ assez vaste d'applications. Elle peut convenir au BtoB, dès lors qu'il y a déplacement d'équipes en environnement contraint. Le secteur du tourisme aussi peut y trouver un intérêt. Pourquoi ne pas équiper les croisiéristes qui partent tous seuls en excursion lors d'une escale, par exemple..."

Mais pour l'heure, c'est bel et bien le monde du sport et le BtoC que la jeune entreprise envisage de conquérir. Ce en lançant à l'automne une première campagne de prévente via la plateforme de crowdfunding Indiegogo.

Rentabilité en 2019

L'industrialisation sera lancée dans la foulée (une levée de fonds de 1M€, actuellement en cours et prochainement bouclée devrait servir entre autre à financer la fabrication des premières séries) et le produit sera mis plus largement sur le marché pour Noël. "Avec deux schémas de commercialisation prévus : la solution onTracks sera d'abord diffusée par des distributeurs spécialisés dans le domaine du sport. Ce peut être des chaînes spécialisées dans le running par exemple. Mais notre solution peut aussi être commercialisée auprès de marques, en complément à leurs propres produits. Car le module Led du bracelet peut par exemple s'intégrer dans un gant de vélo, de moto ou de running..." Pour ce faire, Philippe Leca prévoit de conclure des partenariats préférentiels avec des acteurs du sport, en fonction de leurs activités. Le fondateur vise ainsi la vente de 5 à 10 000 pièces en 2018, et 50 000 en 2019. "Nous passerons au cours de cette année-là le cap de la rentabilité". D'autant que onTracks compte séduire de front les marchés français et internationaux. C'est en bonne voie : des discussions avec des distributeurs allemands et espagnols sont déjà en cours. La start-up envisage également de conquérir l'Italie, le Royaume Uni et la Scandinavie, qui cultive une forte tradition outdoor. "Puis dans un second temps, nous visons l'Amérique du Nord. En janvier 2018, nous retournerons au CES Las Vegas. Mais cette fois-ci, avec un produit commercialisable. Nous aurons donc la possibilité de prendre des commandes".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :