Ce que Selerys apporte à la météorologie

 |   |  669  mots
(Crédits : DR)
En un an et demi, la startup basée à Gardanne, a parcouru du chemin. Celle qui sévit dans le domaine de la prédiction météorologique, et notamment dans l’anti-grêle, a en effet levé des fonds, diversifié son offre... et multiplié notablement le nombre de ses collaborateurs.

Ils étaient deux collaborateurs fin 2016, ils seront 17 en septembre. 1,8 M€ ont été levés ces 18 derniers mois, une partie des fonds ayant d'ailleurs permis d'augmenter le capital de l'entreprise... Fondée par Philippe Cardi, ingénieur issu de Polytech Marseille, Selerys propose des solutions intelligentes de prédiction météorologique, avec une spécialité historique dans le domaine de l'anti-grêle. Le fleuron de sa technologie : un système nommé Skydetect®. Et sa vocation, c'est d'agir en amont des orages et de leurs manifestations, à H-1, avant que les éléments ne se déchaînent... Concrètement, cette technologie, à la fois hardware et software, comprend non seulement une antenne radar météorologique, mais aussi un logiciel d'analyse, lequel détermine le caractère menaçant des cellules orageuses d'après les images lui parvenant. En cas de danger de grêle, il alerte et pilote les systèmes de protection installés par le client. Une solution utilisée dans sept pays d'Europe et d'Asie Mineure, l'Espagne, la Belgique, la Pologne, l'Ukraine, l'Arménie, la Turquie. Ce chez les grands arboriculteurs, viticulteurs et serristes, ainsi que dans le secteur automobile.

Plus seulement un équipementier

Force est de constater que l'entreprise a trouvé un point d'inflexion avec l'entrée au capital de nouveaux investisseurs, et plus précisément de l'entrepreneur Fabrice Caquin, aujourd'hui associé de Philippe Cardi et spécialisé dans le développement d'affaires, la stratégie et la finance. "Nos compétences étaient complémentaires et ensemble nous avons décidé d'aller plus loin", avance Fabrice Caquin. Plus loin, c'est par exemple diversifier l'offre Skydetect®. "Historiquement, Selerys était un équipementier vendant des solutions. Aujourd'hui, nous complétons cela en devenant aussi fournisseur de services et opérateur". Pour ce faire, la jeune entreprise se trouve en cours de déploiement de son propre réseau de capteurs sur le territoire, ce qui permet de rendre accessible sa technologie au plus grand nombre, puisqu'il n'est plus question ici de vendre la solution et la licence logicielle, mais de proposer au client un système d'abonnement. "Nous avons déjà implanté une vingtaine de capteurs, l'idée est d'en avoir 300 dans les 5 ans à venir, déployés à l'échelle de l'Europe". Le succès de cette offensive a-t-elle été prévue en amont ? Car il n'existe pour l'heure pas encore de logiciel pour faire de telles prédictions, cependant les abonnés sont déjà nombreux... Ils sont en effet près de 200 entrepreneurs, majoritairement des exploitants arboricoles et viticoles, à avoir adhéré à l'offre, alors qu'elle n'a été mise sur le marché que depuis 6 mois. Une bonne nouvelle pour l'entreprise, qui s'avère rentable depuis sa création.

Multiplier les partenariats industriels

Et elle ne compte pas s'arrêter là. Elle a conclu notamment un partenariat avec Lacroix, leader des services et solutions pyrotechniques. Ensemble, fin 2016, les deux entreprises ont lancé Laïco, le premier système intégré composé de Skydetect et de ballons gonflés à l'hélium sur lesquels sont embarquées des torches chargées de sels hygroscopiques à même de lutter contre la grêle. Une logique d'offre globale permettant à l'utilisateur de rationnaliser ces équipements. Donc leur coût... Laïco a nécessité un énorme travail de R&D, puisqu'il "a fallu développer une technologie embarquée afin de rendre le ballon intelligent, pour que la solution se déclenche au bon moment et au bon endroit, à savoir dans la zone susceptible de générer de la grêle", détaille Fabrice Caquin. Laïco est d'ores et déjà utilisé cette année dans le Châtillonais en Bourgogne, dans la Drôme, les Bouches du Rhône, et les Côtes du Rhône. Et le partenariat avec Lacroix, quant à lui, est sans doute le premier d'une série à venir. Car l'idée est bien de s'allier avec d'autres industriels pour développer de nouvelles solutions intégrées. Et toucher toujours plus de segments de marché.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :