Comment Beepeers a conquis Deezer

 |   |  440  mots
(Crédits : DR)
Avec sa solution digitale créatrice de communautés, la startup installée à Sophia-Antipolis adresse majoritairement le secteur de l'événementiel culturel et celui des professionnels. Le partenariat noué avec la plateforme d'écoute de musique en streaming valide son business modèle.

On ne dira jamais assez combien l'agilité est essentielle pour faire pivoter un positionnement. Il y a deux ans, c'est par cette étape que passe la startup présidée par Alain Prette et dirigée par Fabrice Castellon. Avec sa solution digitale permettant de créer des communautés, elle choisit d'adresser fortement le marché de l'événementiel. Un secteur où les applications ne manquent pas, Beepeers se différenciant néanmoins avec sa capacité à faire que les communautés adressées soient engagées.

Deezer séduit

"Notre offre est une application digitale qui se déploie sur le mobile et les écrans connectés" explique Alain Prette. Pour informer sur l'événement bien sûr, mais aussi pour permettre aux organisateurs de nourrir le lien avec le public ce qui de fait, crée une communauté.

"Nous avons trouvé notre marché", estime le président de la startup née en 2011. Beepeers a ainsi été choisie en 2016 et 2017 par le Festival des Jeux de Cannes pour son application officielle. Mais aussi par Japan Expo, le festival de manga et culture japonaise pour ses éditions se tenant à Paris et Marseille. Dans son escarcelle aussi, le Festival d'Avignon off et les Francofolies. C'est d'ailleurs via le festival de musique de La Rochelle (qui démarre ce 12 juillet NDLR) que la jeune entreprise azuréenne a noué un partenariat avec Deezer. Un option, présente sur l'application Francofolies permet de lancer une playlist du nom de la plateforme française de streaming. Un accord qui ouvre de sacrées possibilités de développement à Beepeers, qui va évidemment se rapprocher des festivals avec lesquels Deezer est partenaire. Pour rappel, c'est par exemple le cas des Vieilles Charrues, des Eurokéennes ou du Printemps de Bourges. Et évidemment, un rapprochement va être tout autant engagé avec les autres plateformes de streaming musical qui ne devraient pas laisser la Française être la seule à profiter de la solution.

Pro aussi

Cependant, Beepeers n'est pas mono-marché. La startup vise aussi celui des professionnels. Parmi ses clients, CGI Intergros ou encore Symag (filiale de BNP Paribas Personal Finance) avec, pour ce dernier, une offre concernant les cartes de fidélité. "Cela nous permet d'attaquer ce segment en marque blanche", explique Alain Prette.

Côté R&D, Beepeers collabore depuis trois avec l'INRIA, installé aussi sur le parc technologique. Et s'il avoue avoir trouvé son marché, Alain Prette dit aussi qu'il "faut le renforcer". Présente à Paris, la startup renforce ses équipes - 12 personnes - à Sophia-Antipolis et dans la Capitale. Elle table sur un chiffre d'affaires de 500 000 euros pour l'exercice en cours.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :