Startup Week-End : pourquoi ça marche ?

 |   |  731  mots
(Crédits : DR)
Faire mûrir une (bonne) idée en 54 heures chrono, c'est le principe de ce concours de startups dont le concept attire les jeunes entrepreneurs. A Nice, le SWNSA est presque devenu un label.

Ce n'est ni un hackathon, ni un concours de pitch même si ce dernier fait partie du concept. Le Startup Week-End c'est un peu le The Voice de la jeune entreprise innovante, sauf qu'il est question de disruption et pas de chanson et que le but c'est bien de faire émerger les idées disruptives assorties d'un business modèle viable et qui ont donc ainsi toutes les chances de devenir une startup prometteuse et plus si affinités.

Penser à tout

Car c'est cela le "truc" en plus : faire intervenir des coachs, appelés mentors, avec des expertises diverses mais complémentaires : avocat, communication, marketing, expertise comptable... Comme il faut de tout pour faire un monde, il faut aussi de tout pour réussir une entreprise, startup ou pas. Sauf que la jeune entreprise qui naît n'a pas toujours accès pour diverses raisons, à ces compétences. Ce qu'explique très bien Sophie Roux, directrice stratégique de BrandSilver, une agence de branding et de création de marques, basée à La Gaude, près de Nice et qui est intervenue lors du SW Nice Sophia Antipolis. "Le travail sur la marque doit être pensé dès le début du projet d'entreprise. La question à se poser c'est quel impact on veut avoir. Quelle expérience on propose au client ? Il faut amener à penser en terme de vision et de valeur. La branding vient bien en amont du marketing".

"Nous pouvons être perçus comme des perturbateurs", ajoute Jean-François Carrasco, mentor et directeur de projets de la BU IoT Big Data chez Jaguar Network. Car ces spécialistes dans leur domaine respectif interviennent au cours du week-end et pas forcément au moment où les neurones sont le plus éveillés. "Notre rôle est de mettre le doigt, là où ça fait mal", résume assez bien Sophie Roux.

Brassage de talents

Ce medley de conseils et la méthode façon bootcamp, c'est la meilleure façon de séparer le bon grain de l'ivraie ?

C'est en tout cas la meilleure façon d'identifier quels talents doivent être intégrés pour rendre le projet viable. Car tous ne forment pas déjà une équipe lorsque le week-end débute. Certains viennent pitcher seul, d'autres pas. Le jury "élimine" les projets les moins prometteurs après une première séance de pitchs. Libres ensuite aux recalés de poursuivre l'aventure autour d'un projet plus prometteur. C'est comme cela que Social Bionic Concept, 3ème au final, s'est vu agréger les compétences d'une juriste, de deux étudiants en informatique, d'un spécialiste de la finance... "Une équipe ne peut pas être monochrome", soutient Jean-François Carrasoco, "Ce brassage est très important". Pour Sophie Roux, l'épreuve de manque de sommeil et la durée - plus de 48h - à tenir ensemble, sans parfois se connaître sont le meilleur test qui soit pour forger l'esprit de groupe. "Si l'équipe tient 54 heures non-stop, elle tiendra quoi qu'il arrive".

Agile sinon rien

Sympa par l'ambiance mais exercice sérieux par la méthode, le Startup Week-End fait-il mieux que tous les concours d'entreprenariat ? Sans doute est-ce justement sa recette qui fait son succès. Car le SWNSA bénéficie d'une jolie aura.

C'est sa notoriété qui a donné envie à Priscilla Stanley, premier prix grâce à Yumma, solution de gestion des urgences familiales, venue des Etats-Unis, de tester son idée entreprenariale. Mais c'est peut-être Joël Nguyen qui en parle le mieux. Pour lancer Wink, offre de verres de lunettes haut de gamme à prix unique et compétitif, ce Parisien, arrivé 2ème, est "descendu" dans le Sud. "Avec mon associé, qui est aussi mon ami d'enfance, nous nous étions pas vus depuis 10 ans. L'un des attraits du Startup Weekend, c'est que l'on est jeté dans l'arène. Soit on est agile, soit on casse. Ainsi, durant le week-end, nos développeurs... n'ont pas développé, mais ce qui s'est révélé très intéressant pour eux c'est de pouvoir observer comment nous travaillons la demande, quel est l'impact de la digitalisation et comment elle peut influencer un métier dit traditionnel. Nous avons pivoté à chaque mentorat. Pour moi l'innovation c'est la rencontre de plusieurs mondes". Une définition qui résume plutôt bien la philosophie Startup Weekend... entre autres...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :