Que fait Carrefour Banque et Assurance avec le robot de Key Infuseur ?

 |   |  440  mots
(Crédits : DR)
Entre le grand groupe et la startup, le coup de foudre professionnel a eu lieu sous les cieux de Las Vegas. C'est pour expliquer comment fonctionne le compte C-zam que KiOne a été choisi. Un rapprochement qui ouvre des perspectives pour la jeune entreprise installée à Sophia-Antipolis.

C'est généralement pour cela que les startups s'enthousiasment dès lors qu'elles sont sélectionnées pour traverser l'Atlantique et exposer à l'Eureka Park, au CES Las Vegas. Pour l'espoir de faire la rencontre qui pourrait modifier leur parcours, de manière plus ou moins radicale certes. Être repéré par un grand groupe, c'est tout de même l'un des buts absolus.

Cette jolie aventure, c'est exactement ce qui s'est produit pour Key Infuseur dont la démonstration des potentiels de KiOne, son robot capable d'interagir avec les smartphones et autres outils digitaux afin d'expliquer à l'envi les nouveaux usages numériques n'a pas laissé le directeur général de Carrefour Banque et Assurance totalement indifférent. C'est même fermement convaincu de son usage que le dirigeant français revient dans l'Hexagone, estimant que le robot de 12 centimètres  imaginé par Domitille Esnard-Domerego répond aux besoins générés par C-zam.

Sésame ?

C-zam c'est le compte courant sans découvert autorisé, premier du genre à être vendu en magasin et activable en ligne. Autant dire que la capacité de KiOne à répéter aussi souvent que nécessaire sur les points de vente, comment le tout fonctionne rend l'exercice souple et facile.

Pour l'heure, KiOne est présent au sein des sièges du groupe, à Boulogne, Massy et Evry. Car c'est d'abord avec les employés de la filiale bancaire du géant de la distribution que le robot est utilisé, dans une action de formation des employés. Il a également été utilisé lors de deux Assemblées générales du groupe. Si seules 5 unités ont été acquises par Carrefour Banque et Assurance, cela marque pour Key Infuseur une validation du concept, estime Domitille Esnard-Domerego. "C'est un petit volume, mais ce n'est pas du POC", souligne la dirigeante.

Accélération

Mais un autre marché s'ouvre peut-être pour la startup, KiOne étant régulièrement sollicité pour un autre usage, celui de tests d'application, d'objets, de validation de softs. Un marché qui n'est pas forcément prioritaire pour Key Infuseur.

KiOne avait déjà fait ses premières armes chez Monaco Telecom et Orange. Entré en phase de commercialisation depuis le mois de mars, KiOne possède dans son portefeuille client de références comme Accenture, Bouygues Telecom ou Cardif.

Une levée de fonds, pour un montant de 1 million d'euros, est en cours, ce qui devrait permettre à la jeune entreprise d'accélérer, notamment sur la commercialisation. Key Infuseur - dont l'équipe est composée de 5 personnes dont 2 salariés - table un chiffre d'affaires d'environ 10 M€ à l'horizon 2019.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :