Pourquoi ça peut rouler pour Moncarrosse

 |   |  555  mots
(Crédits : © Luke MacGregor / Reuters)
Ce scanner, installé sur un parking, permet d’inspecter un véhicule et d’en faire l’état des lieux. Son nom, c’est Tchek, et il a été conçu par Anton Fert, fondateur en 2016 de Moncarrosse, basée à Marseille.

Attention, une idée peut parfois en cacher une autre... C'est en réfléchissant au lancement d'un site de vente de véhicules d'occasion entre particuliers qu'Anton Fert a eu un déclic : "pour faciliter les transactions, je voulais concevoir un scanner extérieur permettant d'inspecter le dessous d'une voiture. C'est comme ça qu'en ma qualité d'ingénieur, j'ai commencé à développer cette solution, que j'ai nommé Tchek". Sauf que Tchek va être destiné à tout autre chose... "Depuis l'âge de 14 ans, je travaille dans une société d'automobiles, en lien avec les assurances. Et j'ai identifié un besoin particulier, ciblé sur le fait d'avoir une preuve visuelle de l'état d'un véhicule et la détection d'éventuels dommages". Les potentialités de la solution d'Anton Fert vont donc être élargies à l'inspection de toute la carrosserie, et non plus le dessous du véhicule. C'est ainsi naît en décembre 2016 la start-up Moncarrosse, dont le but consiste en la mise à disposition de Tchek aux cabinets d'assurances, aux sociétés de location de courte et longue durée... Une offre d'autant plus intéressante quand il s'agit de restituer toute une flotte d'entreprise, puisque ladite société éprouve forcément des difficultés à anticiper le coût des réparations et des remises en état quand il y a un certain nombre de voitures à inspecter. "Nous sommes en train de discuter avec un partenaire en télématique, qui, lui, pourrait développer une solution permettant d'inspecter tout ce qui est moteur et fonctionnement du véhicule, dans le but de proposer une solution globale". Celle-ci permettant donc d'établir un état des lieux complet d'un véhicule après location.

Le demi-million

Pour l'heure, la start-up, incubée à la Belle de Mai, prévoit d'installer début août son premier prototype chez un client testeur, Olympic Location, implanté dans plusieurs villes des Bouches-du-Rhône. Des tests qui vont durer jusqu'à fin septembre, et seront suivis d'une phase de démonstration, dans le but d'attirer des investisseurs, avec l'objectif d'une levée de fonds de 500 000 €. Une somme qui permettrait d'accélérer le développement de Tchek, de passer d'une version 1 à une version 2 et d'embrayer sur la fabrication de la solution (l'assemblage sera réalisé dans les locaux de Moncarrosse) ainsi que sur sa commercialisation, prévue mi-2018. Avec une volonté de rayonner immédiatement au national, puisque des clients potentiels installés à Paris ont déjà fait connaître leur intérêt. "Nous ne visons pas directement l'export pour le moment, mais devrions malgré tout rapidement faire parler de nous hors des frontières, puisque certains de ces clients potentiels sont présents eux-mêmes à l'étranger". Il s'agirait donc d'une internationalisation empirique...

Abonnements

Le modèle économique, quant à lui, repose sur la mise à disposition des bornes moyennant frais d'installation et système d'abonnement. "En hypothèse basse, nous prévoyons la mise en service de 5 bornes pour 2018, et 170 bornes à horizon 5 ans", évalue Anton Fert. Pour monter en puissance, la startup vise une embauche d'ici fin 2017, un futur collaborateur spécialiste du traitement d'image et de l'IA pour poursuivre la phase de R&D. Puis en 2018, elle devrait recruter cinq personnes supplémentaires, soit deux ingénieurs, deux commerciaux et un dernier collaborateur sur les fonctions supports.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :