Startup Republic, le programme qui veut faire différent

 |   |  445  mots
(Crédits : DR)
Pas accélérateur, ni pépinière et encore moins incubateur, le programme initié par Thibault Marty à Marseille vise à accompagner les jeunes entreprises innovantes en apportant théorie et passage par la case pratique.

Dans la famille "aide aux startup", il y a beaucoup d'outils, chacun avec des objectifs et des visées différents, mais aucun avec le mélange théorie appliquée à la pratique. Ça, c'est le constat de Thibault Marty, spécialisé dans l'aide au développement technique de startups, installé à Marseille. Un diagnostic venu du terrain donc qui a mené une réflexion et l'idée de créer un programme pratico-pratique, mêlant les bases essentielles à connaître pour entreprendre, assorties du passage à l'action concrète. Le tout en un laps de temps imparti, en l'occurrence, trois mois.

Le livrable !

"90 % des jeunes entreprises meurent dans les 3 années qui suivent leur création, soit parce que leurs solutions ne répondent pas à un besoin marché, soit parce qu'elles n'ont plus de trésorerie, soit parce qu'elles ne disposent pas de la bonne équipe". Une sorte de sainte Trinité qui selon Thibault Marty peut s'acquérir. "L'entrepreneur manque souvent de connaissance à démarrage de l'aventure, de ressources techniques, de budget suffisant pour lancer son produit". Ainsi s'est structurée l'idée de Startup Republic, un programme étalé sur 3 mois qui comprend une phase de cours théoriques permettant l'apprentissage des bases en matière de design, de produit, de marketing et communication, de juridique et financier. Puis une série de tests et rendez-vous pour cibler et affiner les utilisateurs de la solution. Laquelle est ensuite développée durant la dernière phase du programme. Une sorte donc de bootcamp de l'innovation qui doit apporter ce qui manque souvent : du livrable.

Original

"Nous voulons contribuer à créer des entreprises durables et rentables", ajoute Thibault Marty. Qui s'est adjoint les compétences de trois experts dans leurs domaines, David Roman en Lead Dev, William Roy dédié au pitch et au commercial et Jean-François Masse, avocat, versé dans l'accompagnement aux entreprises. Et qui veut prouver qu'en matière d'innovation, il n'est obligatoire d'être développeur pour réussir sa pépite.

La sélection des startups accompagnées se fait de manière qui se veut elle aussi originale : pas de slide, mais une semaine d'entrainement baptisée Spartan Startup Week qui reprend le format cours théoriques-mentoring et création d'un prototype au final, lequel sera jaugé par un jury extérieur. Dix startups ont fait acte de candidature pour la première promotion. Trois seront retenues fin août et bénéficieront du programme complet d'accompagnement. L'objectif de Thibault Marty est de créer 4 promotions par an. Si Spartup Republic vient agrandir la grande famille de l'aide à l'entreprenariat, ce nouvel outil devrait en 12 mois lui aussi produire du... concret.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :