Hyve, le Spotify de la billetterie

 |   |  496  mots
(Crédits : Reuters)
La startup originaire de Nice a été sélectionnée pour rejoindre l'incubateur installé à Monaco. Un choix qui s'accorde avec la stratégie de celle qui développe un réseau social dédié à l'événementiel.

Pouvoir acheter, offrir ou revendre le billet d'un concert, d'un spectacle ou de tout autre événement de manière sécurisée, c'est l'idée même du projet porté par Pascal Ferrucci et Jérémy Scatigna, deux Niçois que les mésaventures personnelles en matière de billetterie ont inspiré pour proposer une solution capable de parer à ces mauvaises expériences. "Nous avons un fort consumer insight" note, mi-ironique mi-amusé, Pascal Ferrucci, ajoutant que selon les statistiques, 65 % des Français ne fréquentent plus les événements à cause des différentes problématiques comme un billet qui se révèle faux ou un billet acheté bien plus cher que son prix initial.

Tout-en-un

La solution développée se veut un réseau social dédié à l'événementiel. Qui doit donc donner la possibilité - outre d'acheter, offrir ou revendre - de savoir où sont ses amis, de faire appel à une conciergerie, à du co-voiturage, voire de faire connaissance avec des personnes se rendant au même événement. Autant de services qui sont intégrés dans l'application. Pour donner corps à ce "tout-en-un", Hyve devrait conclure des partenariats avec des acteurs tels Blablacar ou Airbnb.

Blockchain, data, IA...

Et puis, il y a les technologies sur lesquelles la startup s'appuie. A la fois sur la data - analysée et classée pour proposer des événements pertinents avec les goûts du consommateur - l'intelligence artificielle qui fournit aux organisateurs un chatbot adaptable aux différentes plateformes et puis la blockchain pour sécuriser les transactions et la traçabilité du billet. "Avec Hyve, le billet se revend au prix du marché, notre solution vient casser le marché noir", souligne Pascal Ferrucci.

Développement opérationnel

Choisie pour rejoindre l'incubateur/accélérateur MonacoTech dès ce mois de septembre, la startup va ainsi structurer son projet. Pascal Ferrucci ne cache pas que l'approche utilisateur est une différenciation qui a du sens. "Nos concurrents sont certes bien implantés mais font de la billetterie plutôt tournée vers les organisateurs". Hyve sera disponible en version bêta en novembre, intégrant les premières fonctionnalités avant une mise sur le marché complète début 2018. Outre les deux co-fondateurs, l'équipe qui planche sur le projet est constituée de 4 autres personnes, bénévoles mais qui apportent leur savoir-faire technique. L'objectif est d'acquérir assez rapidement une base de 70 000 utilisateurs et d'atteindre un trend de 62 M€ de revenus à l'horizon 2022.

L'atout monégasque

Et si Hyve a candidaté à l'appel à projets lancés par MonacoTech c'est évidemment "pour la visibilité internationale" de la Principauté. "Monaco représente un marché riche en événements locaux mais aussi internationaux et ce sont des événements géographiquement maîtrisés. C'est également un marché test pour étendre Hyve sur les marchés français et italien", explique Pascal Ferrucci. Hyve compte également adresser l'Espagne, l'Angleterre et l'Allemagne d'ici 5 ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :