Forum Smart City Marseille Méditerranée : Laurent Alexandre, l'IA et la métropole

 |   |  419  mots
(Crédits : DR)
L'intelligence artificielle mettra-t-elle à mal Aix-Marseille ou au contraire sera-t-elle un fabuleux booster pour ce territoire que l'on décrit comme la Californie de l'Europe ? Une question et un sujet complexes qui seront le thème de la keynote animée par le spécialiste du sujet ce jeudi 14 septembre lors du 3ème Forum organisé par La Tribune, la Ville de Marseille, Aix-Marseille Provence.

L'intelligence artificielle bouleverse tous les codes tout autant que les comportements. Selon que l'on considère le verre à moitié plein ou à moitié vide, elle peut être perçue comme une progrès sans précédent mais aussi comme un tsunami qui ravage tout sur ton passage.

Transversalité

Pas vraiment avare d'exemples forts, ni de discours dans la demi-mesure, Laurent Alexandre, volontiers présenté comme le gourou de l'intelligence artificielle affirme que l'IA va prendre toujours d'importance dans le business. Ce qui est une opportunité pour les entreprises qui se sont déjà impliquées sur le sujet. Mais ce qui va inévitablement bouleverser le business-modèle de celles qui ne prennent pas la mesure de l'impact à venir. Car Laurent Alexandre prévient, l'intelligence artificielle va être capable de transversalité. Des bouleversements qui accompagneront inévitablement la ville de demain.

L'homme qui valait un million... de vues

Laurent Alexandre c'est cet urologue, fondateur de Doctissimo.fr, premier site digital parlant de santé - revendu depuis au Groupe Lagardère - et désormais conférencier reconnu pour sa vision poussée - d'autres diront extrême - des conséquences de l'intelligence artificielle sur le monde et le business, sur l'emploi et les métiers. Pour donner une mesure de son "aura", la vidéo de son intervention d'une durée de 7 minutes au Sénat le 26 janvier dernier a enregistré un million de vue. Un gourou très écouté, qui a par exemple sacrément secoué les patrons présents fin août à l'Université d'été du MEDEF à Jouy-en-Josas.

Stop ou encore ?

Lors de la 3ème édition du Forum Smart City Marseille Méditerranée, Laurent Alexandre animera une keynote au thème provocateur, comme il les aime : "l'intelligence artificielle va-t-elle tuer Aix-Marseille ou en faire la Californie de l'Europe ?"

Il est certain que la smart city, la ville intelligente par excellence, ne pourra pas s'exonérer de réfléchir, anticiper et s'emparer de ces défis. Et Aix-Marseille qui est justement en train de se structurer en tant que métropole, à tous les atouts pour réussir cette transition. Ouverte sur le monde mais surtout extrêmement riche en terme de PME dynamiques et de startups innovantes, celle que l'on appelle la Californie de l'Europe doit être capable de confirmer son statut.

_______________

Le 3ème Forum Smart City Marseille Méditerranée se tient les 14 et 15 septembre au Palais du Pharo à Marseille. Le Forum est organisé par La Tribune, la Ville de Marseille et Aix-Marseille Provence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2017 à 11:34 :
Laurent alexandre un specialiste du sujet ? C'est une blague ? Il est completement consternant, il faut voir la video avec jacques attali qui essaye de lui expliquer que l'IA n'a rien à voir avec le contrôle commande de positionnement, plus généralement d'asservissement à un signal, il est affligeant.
a écrit le 09/09/2017 à 10:26 :
Plus que la technologie ou le concept de l’AI, c'est son usage et sa finalité qui importent.

Des questionnements :
On peut déjà se questionner sur l’exploitation des datas et sur leur « interprétation ». Puisque il y a obligatoirement interprétation, tant qu’il y a intervention humaine du moins.
Justement à quel moment arrivera-t-on à laisser intégralement les commandes à la machine ?
Quelle intervention d’ailleurs ?
Celle d’experts en mathématiques et algorithmes, celle de marketeurs visant uniquement le CA et la marge.
L’intervention du plus grand nombre permettant un enrichissement en « données de masse », ou seulement d’une « élite » de représentants de la société. Quels seront les contrepouvoirs ?
L’usage de l’IA est il correctif ou prédictif et arrivera-t-on à dépasser l’analyse pour aller vers l’anticipation ?
A qui appartiendront les algorithmes ou les calculateurs, qui en aura le contrôle ? les politiques ou les entreprises qui font la course aux capacités de calcul et au recueil des données.
Une avancée des démocraties ou des dictatures ?
A partir du moment où les données et les puissances de traitement seront privatisée, cela risque de remettre en question le fonctionnement démocratique. Quels seront les gardes fous pour éviter de sombrer dans des systèmes totalitaires et sécuritaires ?
Cela engendrera peut être l’émergence de nouveaux modèles de sociétés ?
Quelles limites se fixe-t-on ?
L’intelligence (artificielle ou pas) peut aussi être pervertie ou malveillante.
Un exemple de déviance, permettant de s’exonérer du traitement de problèmes ou de réclamations. Il suffit de rentrer dans les algorithmes de plateformes téléphoniques ou parfois même de sites institutionnels pour percevoir la finalité du traitement. A savoir si cela a été conçu dans un but de recherche de qualité de service ou pour se débarrasser du problème et ainsi de s’exonérer de toute responsabilité.
Dans ce cas, quel sera le recours du citoyen ou du consommateur par rapport à un algorithme.
Comment le problème sera t’il traité juridiquement et qui est responsable du modèle de calcul ?
Idem dans le secteur financier, ou l’on a déjà assisté à des mini-crach en raison entre autres du High Frequency Trading.

Et si l’on pousse le raisonnement, actuellement si un dictateur genre Kim Jong-si menace de guerre nucléaire, on sait contre qui se prémunir, mais si c’est un robot ou un drone qui déclenche par erreur une guerre atomique qui sera responsable ? l’un des programmeurs qui a fait une erreur de code ?

L’avantage de l’être humain, c’est aussi son esprit de contradiction, qu’il est capable de philosopher, qu’il tient à ses libertés, qu’il agit parfois par instinct et reflexe de préservation de l’espèce, etc…

Je crois qu'il est déjà temps de créer des instances de régulation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :