Bionov dans la course du marché des sportifs

 |   |  660  mots
(Crédits : DR)
L’entreprise basée dans le Vaucluse a fait parler d’elle pour l’exploitation de l’enzyme d’un melon à fins d’alimentation animale. Mais son cœur de métier reste l’élaboration de compléments alimentaires... et elle compte bien s’y investir davantage depuis son rapprochement avec le groupe Robertet.

Depuis octobre 2016 Bionov a changé de braquet en devenant une filiale à 100 % du groupe Robertet, spécialiste des parfums et arômes, basé à Grasse. "Il s'agit d'un rapprochement stratégique, notre entreprise cherchant des solutions pour se développer. Robertet voulait s'investir dans notre secteur, il y avait donc une communauté d'intérêt. Cette opération nous permet d'aborder plus sereinement notre développement", explique Christian Yard, le fondateur de l'entreprise installée dans le Vaucluse.

Rapprochement gagnant

Et le développement en question passe en premier lieu par un investissement accru dans des projets relevant de la branche leader dans l'activité de Bionov, à savoir l'élaboration de gammes de compléments alimentaires. "Le rapprochement avec Robertet nous permet justement d'investir plus rapidement sur les études en cours, ciblées sur des segments de marché spécifiques. Nous étions jusqu'ici positionnés sur la lutte contre le stress et la cellulite, nous lançons aujourd'hui une offre dédiée à la protection de la peau contre l'exposition aux UV"... et de fait, à la prévention des problèmes qui lui sont liés, tels le vieillissement cutané. Ce concept "in and out" nommé Holimel sera lancé officiellement fin septembre, au Supply Side West de Las Vegas. Mais ce n'est pas la seule nouveauté. "Nous envisageons de nous focaliser à présent sur le monde des sportifs en proposant des compléments alimentaires adaptés aux pratiquants dits du dimanche, afin de les aider à améliorer leurs performance et à mieux récupérer après l'effort", explique encore Christian Yard.

Mais qu'est-ce qui permet à l'équipe de Bionov (dont 5 0% du personnel œuvre en R&D) d'être présente sur autant de segments de marché à la fois ? L'exploitation d'une enzyme présente dans une variété de melon, la Superoxyde Dismutase, qui a entre autres des propriétés anti-oxydantes et agit sur le déséquilibre du stress oxydatif. Ce dernier étant justement à la source de nombreux maux, dont la fatigue, le stress, les problèmes circulatoires ou articulaires, le vieillissement, les problèmes de poids... Il s'agit donc d'un large boulevard pour la PME qui réalise avec la nutrition humaine près de 50 % de son chiffre d'affaires. "C'est notre cœur de métier. Et notre plus important axe de développement".

Croissance de l'activité alimentation animale

Mais cela ne l'empêche pas de s'investir sur d'autres fronts, notamment dans celui de l'alimentation animale, puisque pour mémoire, la fameuse enzyme a aussi prouvé son intérêt en la matière, principalement parce qu'elle se prévaut d'une action préventive et aide les animaux à renforcer leurs défenses immunitaires. De quoi limiter l'usage des antibiotiques. Pour mémoire, c'est à la faveur du programme Melofeed, financé à hauteur de 2,9 M€ par le Fonds unique interministériel, que Bionov a pu se lancer sur ce segment de marché, fruit d'un partenariat entre elle, l'INRA de Toulouse et l'entreprise canadienne Lallemand, spécialiste de la distribution de bactéries notamment pour l'alimentation animale et chargée de la commercialisation de la gamme Melofeed. "Or, ce marché porte déjà ses fruits, il représente 30 % de notre chiffre d'affaires et nous sommes avec lui présent non seulement en France, mais aussi à l'étranger. Ce fut la Belgique dans un premier temps, puis nous avons pénétré le marché britannique. Une partie de l'Asie est en train de s'ouvrir... Notre cible, ce sont soit les éleveurs directement, soit les sociétés spécialistes de la fabrication d'alimentation animale et incorporant cette composante. Lallemand est en offensive commerciale sur les deux".

Enfin, les 20 % restants, ce sont les cosmétiques. "Il s'agit d'un marché plus volatile puisqu'il connaît des effets de tendance et de mode. Nous comptons toujours Clarins parmi nos clients principaux", poursuit Christian Yard. Trois activités qui permettent à Bionov de poursuivre dans la voie de la croissance, avec une augmentation de son chiffre d'affaires à 2 chiffres, entre 10 et 20 %.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :