Comment Meteopole Zephy-Science mêle numérique et éolien

 |   |  647  mots
(Crédits : Pexels com)
L’entreprise née de la fusion de deux startups, présente entre autres à Marseille, poursuit son chemin... La bourse européenne qu’elle vient de rafler devrait lui permettre d’accélérer la finalisation de son projet, une plateforme d’ingénierie numérique dédiée à l’éolien.

On appelle ça une consécration : Meteopole Zephy-Science vient de remporter une enveloppe de 1,3 M€ dans le cadre de Horizon 2020, soit 31,5 % du budget total de ce programment européen. Les raisons du succès ? "Ce que l'on propose va dans le sens des ambitions européennes en matière de politique EnR. A savoir, que l'Union veut promouvoir l'industrie éolienne, mais en abaissant ses coûts, liés aux risques et aux incertitudes. Or, nous développons des logiciels basés sur des codes open source et nous déployons ensuite ces codes de façon illimitée via le cloud computing, ce pour réduire les problèmes qui font le quotidien des ingénieurs éoliens... et donc ces incertitudes. Par ailleurs, nous avons candidaté de la façon la plus saine, nous n'avons pas essayé de faire autre chose que décrire notre vision à très long terme, notre plan de développement sur les 10 ans à venir. Avec l'espoir que leurs fonds nous permettent d'accélérer le processus... Aujourd'hui, ce nous avions prévu de le faire en dix ans, nous allons pouvoir le faire en deux", explique le cofondateur Karim Fahssis. Un financement qui va permettre de se consacrer davantage au développement d'outils numériques dédiés à l'éolien.

Appsstore de l'éolien

Car pour mémoire, l'ambition de Météopole Zephy-Science réside en ZephyCLOUD, une plateforme d'ingénierie numérique (IAO) basée sur le cloud, qui se donne l'ambition d'un appstore de l'éolien. "Nous allons donc pouvoir recruter des profils afin de mettre en place des fonctionnalités manquantes. Nous étions jusqu'ici positionnés sur l'aspect pré-construction, avec des outils à même de satisfaire les besoins des ingénieurs éoliens, la recherche de sites, les campagnes de mesures, le rapport bancable... Nous allons à présent nous focaliser sur l'aspect post-construction, via des solutions permettant de réduire les pertes, d'étendre la durée de vie des projets, ce qui nécessite une plus grande puissance de calcul. Nous avons déjà la plateforme pour que ces solutions soient propulsées en pole position sur ce marché-là", poursuit Karim Fahssis. Dans cette optique, l'ancien logiciel ZephyTOOLS sera remplacé par ZephyFARM, qui va recouvrir quant à lui les deux aspects de la chose.

100% de croissance

La plateforme vibrera par ailleurs bientôt au diapason de l'open innovation : tout ingénieur en capacité de créer une application pourra la connecter à ZephyCLOUD. "Il s'agit d'un business model fondé sur le revenu sharing, les créateurs de solutions percevront l'essentiel de la manne provenant des utilisateurs, nous nous rémunérerons quant à nous par le biais de royalties".

Enfin, le financement de l'UE servira également à déployer une puissance commerciale à l'international. Meteopole Zephy-Science compte déjà des bureaux en Chine, en Inde, ainsi que plusieurs points d'attaches en France, notamment à Marseille (mais aussi dès ce mois de décembre à Calviac, dans les Cévennes, sous des yourtes en court de construction). L'entreprise vise un déploiement en raisonnant en termes de fuseaux horaires, afin de s'attacher à de nouveaux terrains de jeux. Parmi eux, les USA ou le Brésil. L'idée est de recruter des ingénieurs technico-commerciaux pour lancer des antennes sur ces nouveaux marchés, en ciblant bien sûr tous les pays où il y a de l'éolien.

Bref, deux à trois ans pour consolider l'activité... avant de passer à la diversification, à l'horizon 2020. "Notre modèle technologique est pertinent sur toutes les industries qui ont un fluide en mouvement (exemples, le sang dans le domaine de la santé, l'air pour les transports... NDLR) et nécessitent une puissance de calcul pour obtenir des résultats précis". Bref, de nouveaux leviers de croissance en perspective pour l'entreprise, qui entend poursuivre l'objectif d'une croissance de 100 %  chaque année. Prévision pour 2018 : un chiffre d'affaires de 2M€.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :