Christian Estrosi laisse son écharpe de maire

 |   |  259  mots
(Crédits : DR)
Comme cela était prévu, c'est Philippe Pradal, son premier adjoint, qui prendra les rênes de la Mairie de Nice dès la tenue d'un conseil municipal la semaine prochaine.

C'est le recours déposé par Marion Maréchal-Le Pen au sujet des élections régionales qui avait jusqu'à présent permis à Christian Estrosi de conserver son fauteuil de maire. Mais le Conseil d'Etat, en rejetant ce mercredi le recours introduit par la représentante du Front National, met fin au "sursis".

De Premier magistrat à premier adjoint

En accord avec la loi sur le non-cumul des mandats, le maire de Nice laisse donc sa place à son premier adjoint. L'installation officielle se fera la semaine prochaine au cours du conseil municipal. Et Christian Estrosi de devenir... premier adjoint. Avec en charge, les finances, la sécurité, les transports, le stationnement, la circulation, la voirie et l'occupation du domaine public. Pas vraiment de sujets anodins...

Tandem

Mais que l'on ne s'y trompe pas. Très investi dans sa ville, Christian Estrosi compte bien former une équipe de choc avec celui qui est son premier adjoint depuis le scrutin municipal de 2013, et qui s'était investi en politique que très récemment, en 2008, sur sa liste municipale précisément. On imagine mal, celui qui est aujourd'hui l'homme fort de la Région, abandonner la terre où il est né et où il a construit son destin politique. Et où les projets fourmillent, ne serait-ce que l'Eco-Vallée.

Expert-comptable, discret, mais surtout proche du maire, Philippe Pradal va donc former avec lui un duo inédit. D'autant que Christian Estrosi conserve la présidence de la Métropole. Autant dire que - presque - rien ne change, sinon sur le papier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :