Caroline Pozmentier : "Pourquoi ne pas créer un office européen de lutte contre le hooliganisme ? "

 |   |  310  mots
(Crédits : DR)
Alors que les scènes de violence à Marseille en marge de l'Euro2016 ont trusté l'actualité, l'adjointe au maire en charge de la sécurité publique, qui est aussi vice-présidente de la Région PACA et secrétaire nationale LR en charge de la prévention de la délinquance estime qu'il faut harmoniser les lois anti-hooligans.

Les violences dont les Marseillais ont été victimes à l'occasion des débuts de l'Euro 2016 sont absolument inadmissibles, et appellent de la part des pouvoirs publics une réaction d'une nouvelle ampleur et avec un regard renouvelé.

Force est de constater que la géopolitique s'est invitée dans l'événement sportif. Nous devons nous donner tous les moyens de faire face à cette menace à l'ordre public que constituent ces groupes d'individus en adoptant une vision plus large.

À l'initiative de députés Républicains, la France s'est dotée d'une loi de lutte contre le hooliganisme, qui prévoit notamment que les organisateurs de manifestations sportives pourront en refuser l'accès à tout individu présentant un danger pour la sécurité publique.

Nous devons cependant aller plus loin.

Je propose le renforcement et l'harmonisation au niveau européen des lois anti-hooligans, afin d'empêcher que puissent se reproduire des actes de violence sauvage comme nous avons pu en voir à Marseille, et que des groupes de travail pour comprendre et aplanir ces rivalités entre Etats dans le sport en général et le football en particulier soient lancés.

Pourquoi ne pas créer un office européen de lutte contre le hooliganisme comme il existe un office européen anti-fraude. Cet office permettrait de bénéficier d'équipes spécialistes pluridisciplinaires et d'avoir un temps d'avance.

Il est de la responsabilité des États d'agir pour qu'une compétition sportive internationale ne fasse plus craindre ni blessés, ni destructions.

La modification de l'arrêté préfectoral interdisant la vente d'alcool aux abords du Stade Vélodrome et l'extension de son champ d'application au centre-ville constitue une piste - encore faut-il avoir les moyens de la faire respecter. Comprendre les liens entre le sport et les rivalités entre Etats apparaît également comme une piste nécessaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :