Sécurité : Christian Estrosi monte au créneau

 |   |  380  mots
(Crédits : © Jean-Paul Pelissier / Reuters)
Le président de la Région PACA n'a pas attendu longtemps pour interpeller le gouvernement sur la question de la sécurité après l'attentat survenu sur la Promenade des Anglais à Nice.

"Comment ce véhicule a-t-il pu accéder à la Promenade des Anglais ? Combien de policiers nationaux ont été mis en œuvre ? Je n'ai pas toutes les réponses, car on vous répond toujours enquête". Voilà comment Christian Estrosi a fait connaître sa "colère" au lendemain de l'attentat de Nice. Il faut dire que la veille, le 13 juillet, le président de la Région PACA s'était fendu d'un courrier de 4 pages, adressé au président de la République où il relevait tour à tour, la "difficulté des missions quotidiennes" des policiers, "le manque de matériel", "les heures supplémentaires qui s'accumulent" mais surtout où il souligne que "notre pays est toujours dans une situation de péril sans précédent qui mobilise chaque jour nos forces de sécurité intérieure".

Moyens

Car si le temps est au recueillement et au deuil, les questions inévitablement se posent : comment un poids lourd a-t-il pu s'engager sur la Promenade alors même que les camions de plus de 3,5 tonnes ne peuvent y circuler et que Nice est truffé de caméras de vidéosurveillance (1.200 précisément). Quels sont les moyens réels ? Et Christian Estrosi de demander d'en finir avec les "belles promesses sur les mesures à prendre". De suggérer que la police municipale "doit également pouvoir bénéficier de nouveaux moyens d'action". C'est-à-dire avoir accès aux mêmes matériels que la police nationale, pouvoir effectuer des contrôles de police, avoir accès aux fichiers d'immatriculations...

Car c'est le manque de renforts en policiers nationaux justement que dénonce l'ancien premier magistrat de la Ville de Nice, arguant que l'on ne peut pas relâcher l'attention une fois l'Euro2016 - qui cristallisait toutes les craintes - terminé.

Recours aux nouvelles technologies ?

Christian Estrosi s'était notamment positionné voici plusieurs mois sur le recours aux nouvelles technologies et à la reconnaissance faciale en particulier pour affiner les mesures de sécurité. Nul doute que si l'émotion l'emporte pour le moment, la question de la sécurité des citoyens demeure au cœur des préoccupations. Et que sur le sujet, les propositions de tous côtés, comme les oppositions, ne vont pas manquer encore d'alimenter le débat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/08/2016 à 20:29 :
ESt-ce que le maire de Nice est aphone ? Et que les évêques sortent de leur torpeur ... Qu'ils reprennent le flambeau de leurs "aînés "qui en tout temps combattaient pour défendrent le peuple de France contre les sarrasins, ottomans et autres nazis. Voyons Messieurs les Evêques, Charles MARTEL fit front -ce fut une lutte sangllante dans tout le sud-ouest de la France ... vous y étiez avec ce roi ! je m'en souviens. Nous avons en mémoire l'inqualifiable cruauté / ottomans envers le peuple chrétien arménien si prochent de nous toujours ...dans quelles difficultés ils sont pour protéger leur foi en Turquie. Avec le Pape Pie XII,vous étiez dans cette même pensée : organiser des filières pour sauver les Jiufs ; une même pensée vous animait aussi, pour envoyer des enfants d'Europe en Algérie. Avant d'être déconsidérés il y a un temps pour la prière et celui de sauver son prochain contre la barbarie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :