Christian Estrosi quitte la tête de la Région Provence Alpes Côte d'Azur

 |   |  226  mots
(Crédits : DR)
Le président de la région Provence Alpes Côte d'Azur a annoncé sa démission. Une "surprise" qui s'explique par la volonté de l'ancien Maire de Nice de redevenir Premier magistrat de la 5ème ville de France.

Il avait mené la liste LR aux élections régionales en décembre 2015, l'emportant face au Front National avec le soutien de la liste PS menée par Christophe Castaner. En décembre dernier, lors des vœux à la presse, il certifiait être "encore là l'année prochaine".

Depuis, presque six mois se sont écoulés. Et surtout les élections présidentielles sont venues bouleverser le paysage politique français.

Les positions de celui qui avait abandonné le siège de premier magistrat de la Ville de Nice à son premier adjoint, Philippe Pradal au soir du premier tour des élections présidentielles n'ont pas toujours plu dans sa propre famille politique. Tout comme sa rencontre qualifiée de "républicaine" avec Emmanuel Macron alors candidat à la présidence de la République.

En annonçant quitter la tête de la région PACA, Chrisitian Estrosi en profite pour tordre le cou aux rumeurs : non il n'entrera pas au gouvernement Macron. Son objectif désormais est de redevenir le Maire de Nice.

Philippe Pradal a d'ailleurs remis sa démission au Préfet ce soir.

Un Conseil municipal élira le nouveau maire de la 5ème ville de France en début de semaine prochaine.

Renaud Muselier, actuel président délégué, prendra-t-il la suite de Christian Estrosi ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/05/2017 à 14:35 :
Il faut qu’Emmanuel Macron ainsi que ses adeptes, toute la classe politique et également l’ensemble des Français sachent qu’il a été élu « par défaut » c’est à dire que les électeurs ont massivement voté contre l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite française en la personne de Marine le Pen et qu’ils n’ont pas franchement voté pour Macron. Il faut également rappeler cela à tous les observateurs politiques et aux médias en raison de leurs prises de position partiales ou subjectives en faveur de cet incroyable score électoral. Bien sûr Macron bénéficie largement de ce score qui l’a fait largement fait élire. L’on ne peut sérieusement attribuer ce score au seul mérite d’Emmanuel Macron. Certes il possède plusieurs atouts : sa jeunesse, son charme, son dynamisme, ses compétences économiques et financières et son esprit de persuasion ; mais également des défauts : son immaturité, son inexpérience, un certain laxisme (langagier ou socio-culturel) un côté trop consensuel et probablement un manque d’autorité naturelle. Il ne faut donc pas « trop s’emballer » car le plus dur reste à faire. Dire qu’il lui faut une forte majorité aux législatives est un peu hâtif car, enfin, il a probablement mis à mal la notion gauche/droite mais les structures partisanes et les partis existent. Sans contre-pouvoir un gouvernement risque d’aller à la dérive, donc pas de ralliement inconsidéré, pas de carte blanche mais une coopération intelligente et constructive pour le bien de la nation.
a écrit le 09/05/2017 à 7:59 :
au grès des vents ce personnage vas changer de poste
voici encore un exemple qu' ils se fouttent de nous
la ce n'est pas le veste qu'il rerourne
mais le pantalon qu'il baisse
a écrit le 09/05/2017 à 7:17 :
M. Estrosi est toujours celui qui sert de balle de ping pong aux politiques en général M. Sarkozy l’a utilisé sous toutes les coutures et peu ou pas de retour de bon serviteur docile et maniable à merci, la petite tape amicale dans le dos lui suffit. Pas de charisme avec gentillesse et moquerie je dirais pas très fufute, voudrait être aimé de tout le monde, pas de ligne très droite au contraire. D’un autre côté quelqu’un qui dégaine sa langue sans trop réfléchir voir la gravité de ses sorties sur la sécurité de la Promenade lors de l’attentat du 14 juillet, ses explications plus qu’ambigües sur l’affaire toujours en cours du stade de Nice. Une sortie qui montre sa fébrilité dans son poste actuel au Conseil Régional d’ailleurs peu actif mais aussi il est vrai son attachement à la ville de Nice. Enfin et non des moindre il est talonné par son ancien attaché M. Ciotti un homme plus proche du FN que de LR et lui un homme dangereux très politique dans le mauvais sens du terme qui tourne plus vite sa veste qu’il sait la mettre. M. Estrosi est aussi de cette caste qui en dehors de grands discours pompeux a un bilan qui n’est pas au niveau de la langue bien pendue. Il retourne dans son fief celui de son niveau pas celui d’un destin régional et encore moins national.
a écrit le 08/05/2017 à 20:39 :
Les tontons flingueurs rentrent au bercail ? Ou ils quittent déjà le navire ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :