Smart Deal et Green Deal, les deux challenges de Charles-Ange Ginésy

 |   |  526  mots
(Crédits : DR)
Très engagé sur le sujet de la smart montagne, le nouveau président du conseil départemental des Alpes-Maritimes est convaincu que numérique et développement durable sont deux axes indispensables au développement économique, ne serait-ce que parce qu'ils répondent aux enjeux actuels et futurs.

Il assure que son arrivée à la présidence - officiellement depuis le 15 septembre dernier - s'inscrit dans la continuité de son prédécesseur, Eric Ciotti. Qu'il n'y aura donc pas d'augmentation d'impôts, mais une poursuite de la réduction de la dépense publique et une volonté d'un service public rendu, de qualité.

Une question d'équilibre

Entre mer et montagne, les Alpes-Maritimes ont pu souffrir d'un développement économique favorisant le littoral. Mais ça c'était avant, et il y longtemps. "Nous comptons maintenir l'aide aux communes, il faut donner aux maires la possibilité de réaliser des projets mais aussi d'oxygéner les territoires, maintenir les TPE/PME dans le Moyen et Haut Pays. Le littoral trouvera sa solution dans la montagne. Il y a une capacité à donner une richesse territoriale, il faut accentuer la diversification. Nous sommes au cœur de l'aménagement du territoire".

Un aménagement qui doit comprendre la dimension numérique. "Le haut-débit doit être partout", estime Charles-Ange Ginésy.

Mais dans un contexte de budgets toujours plus serrés, comment prioriser les axes d'engagement ? "Le département se nourrit d'une économie qui se porte bien. Les droits de mutation sont en augmentation, ce qui, peut-être viendra combler le manque créé par le désengagement de l'Etat. La vente des parts que le conseil départemental possédait au sein de l'aéroport Nice Côte d'Azur a été une bonne opération. Nous allons continuer à aider les grands projets métropolitains".

Incubation... d'idées

Mais pour le nouveau patron du département, il y a bien d'autres sujets à développer. Et en premier lieu, le numérique, vecteur d'innovation, un duo "qui doit être un facteur de facilitation". Avec des applicatifs extrêmement concrets. Un Smart Deal qui doit "donner cette possibilité de mettre par exemple des capteurs sur nos routes, permettant de mieux gérer les transports", de rendre les collèges "connectés" ou encore de développer les données prédictives sur la gestion des risques.

Le tout étant d'utiliser les datas qui aujourd'hui, "restent stockées sans être suffisamment exploitées. Nous avons un manque d'utilisation de ces sources", déplore le président Ginésy, bien déterminé à faire bouger les lignes sur le sujet, même au sein de l'administration départementale.

L'autre axe qui doit servir l'économie, c'est le développement durable, "lui aussi un sujet transversal", qui va de la gestion du quotidien jusque, là aussi, la gestion administrative. "Nous sommes sur une acculturation", reconnaît Charles-Ange Ginésy qui compte bien faire du Green Deal, un programme complet et fin dans son approche, capables d'accélérer la création de trames vertes et bleues et qui devrait mettre en place un programme anti-gaspillage main dans la main avec les acteurs de l'économie circulaire.

La création de deux Think Tank, l'un dédié au numérique et le second au développement durable, opérationnels l'un et l'autre d'ici un mois, va rassembler acteurs socio-économiques, professionnels de la technique, collectivités, grandes entreprises... dans "un esprit d'incubation d'idées".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :