Nos grandes cités portent les solutions contre le terrorisme

 |   |  502  mots
(Crédits : DR)
En organisant la Conférence des villes d’Europe et de Méditerranée à Nice, Christian Estrosi veut redire le poids des villes dans le sujet de la lutte contre le terrorisme. Et souhaite la création d'un fonds européen.

Aujourd'hui, nous sommes face à un terrorisme sans frontières qui a montré sa capacité opérationnelle à frapper n'importe où et n'importe quand.

 Il possède une autre caractéristique, sans doute la plus redoutable : il empoisonne les esprits les plus fragiles, il embrigade, il fabrique des tueurs en série comme celui qui le 14 juillet 2016 a endeuillé notre Promenade des Anglais.

Le défi lancé à nos sociétés démocratiques, exige des réponses  prenant en compte les multiples dimensions d'une guerre asymétrique.

Un constat s'impose : nos villes sont les premières cibles d'une violence djihadiste aux visées totalitaires.

Nos grandes cités sont les premières victimes mais elles portent aussi la solution. C'est ma conviction. Rien ne pourra se faire d'efficace sur le long terme sans une étroite coopération avec elles.

Président du réseau des villes Euromed, j'ai donc pris l'initiative de réunir une  Conférence des villes d'Europe et de Méditerranée pour la prévention de la radicalisation  et la sécurisation des espaces publics.

Du 28 au 30 septembre, elle réunit à Nice plusieurs dizaines de villes, en présence du  ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, et du commissaire européen à la sécurité, Julian King.

Je crois que cette Conférence marquera une date dans la lutte contre le terrorisme.

A l'issue des échanges et des débats, l'ensemble des participants signera ce vendredi la "Déclaration de Nice", un acte solennel et fondateur qui nous engage tous.

La concrétisation des nombreuses mesures qui sont préconisées, permettra des avancées importantes tant en matière de prévention que de sécurisation.

Nous y réclamons un renforcement du partenariat entre les villes et les instances nationales et européennes ainsi qu'un soutien financier accru de l'Union européenne et des institutions internationales.

Je propose qu'un fonds européen soit débloqué afin d'aider financièrement les villes à sécuriser leurs espaces publics. La facture de tels dispositifs peut être très lourde. Je prends ma ville pour exemple : nous venons d'investir 30 millions d'euros pour protéger la Promenade des Anglais et 10 autres millions pour la sécurité dans les écoles.

Il faut aussi tendre vers une harmonisation européenne de nos législations nationales.

 Est-il logique que la reconnaissance faciale dont on sait l'efficacité pour confondre les criminels, soit en expérimentation dans les gares allemandes et qu'on l'interdise à Nice ?

La Déclaration accorde une large place aux politiques préventives à mettre en place, elle plaide notamment pour une expérimentation à l'échelle de la Méditerranée de dispositifs éducatifs, culturels et sociaux favorisant la lutte contre les discours de haine et la propagande qui se donne libre cours sur Internet.

Sur les bords de notre Méditerranée,  la civilisation a toujours fini par l'emporter. Une nouvelle fois, la barbarie sera vaincue grâce à la mobilisation de tous.

L'ampleur de la menace exige une coopération sans faille de tous les acteurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :