Airtelis atterrit en Vaucluse

 |   |  354  mots
La filiale de RTE spécialisée dans les travaux héliportés sur les réseaux d?électricité à haute et très haute tension et les grandes infrastructures va implanter son site industriel sur Avignon dès 2017.

11 hélicoptères de type Super Puma ou Écureuil, 80 salariés d'Airtelis et du service des travaux héliportés de RTE... Avignon s'apprête à accueillir en 2017 la nouvelle implantation industrielle d'Airtelis. "Nous allons construire des ateliers de maintenance pour hélicoptères, des hangars de stockage de divers matériels et des bureaux. Les appels d'offres sont en cours. La phase de construction devrait démarrer en 2016", explique Pierre Boussard, directeur général d'Airtelis. Les nouveaux bâtiments devraient sortir de terre dans la zone nord de l'aéroport d'Avignon.

Pourquoi Avignon ?


Airtelis a réalisé un chiffre d'affaires de 8,6 millions d'euros en 2013. Pour assurer son développement, la filiale de RTE a misé sur Avignon. "Nous cherchions un site aéronautique et industriel pour nos hélicoptères afin de faciliter leurs rotations. L'aéroport d'Avignon nous donnait ainsi des possibilités d'implantation que n'offraient pas les autres aéroports de la région", précise Pierre Boussard.
L'arrivée d'Airtelis est saluée par la CCI de Vaucluse qui essaye de développer depuis plusieurs années un pôle héliporté sur l'aéroport. Un écosystème s'est d'ailleurs tissé, puisque l'entreprise Borghino, spécialiste de la sellerie haut de gamme pour avions d'affaires et hélicoptères, et sous-traitant d'Airtelis, s'y est installée en 2012.

Pégase s'envole


Avec la venue d'Airtelis, le pôle Pégase décolle sur le site d'Avignon. Pégase est l'un des trois pôles de compétitivité français en aéronautique avec Aerospace Valley (Toulouse) et Astech (Paris). Son siège est basé à Aix-en-Provence avec des bureaux à Sophia Antipolis, Avignon et La Seyne-sur-Mer. Le pôle de compétitivité est divisé en filières réparties sur le territoire régional de Paca : hélicoptères (Marignane), satellites (Cannes), dirigeables (Istres), aéroport (Nice) et nouveaux services aériens (Avignon et Var). Le directeur général d'Airtelis, Pierre Boussard, a d'ailleurs dit être "intéressé par les drones". Une façon de structurer un peu plus le site d'Avignon et d'accroître son attractivité.

Alain RICCI

Crédit photo : Airtelis

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :