Brignoles décroche 450 K ? pour son centre-ville

 |   |  312  mots
Dans le cadre du Fisac (Fonds d?intervention pour les services, l?artisanat et le commerce), les professionnels du centre-ville peuvent bénéficier de subventions s'ils réalisent, notamment, des travaux d'embellissement, de modernisation ou sécurisation de leurs commerces. Brignoles prévoit d?y consacrer 450 K? en 3 ans. Depuis mars 2012, le dispositif a permis l'ouverture ou la reprise de 18 commerces.

Pour le maire PCF de Brignoles (Var), Claude Gilardo, c'est clairement un geste en faveur du développement économique de sa ville. Il vient de signer une charte de partenariat avec la plupart des banques* qui s'engagent ainsi à promouvoir le fonds d'intervention pour les services, l'artisanat et le commerce (FISAC). Ce dispositif, qui permet notamment via des subventions publiques de financer des travaux d'aménagement et embellissement des façades à hauteur de 60 %, de sécurisation et mise aux normes handicapés à hauteur de 80 %, permet surtout aux entrepreneurs de disposer d'un prêt non remboursable, d'un apport de trésorerie crédibilisant leur projet auprès des banques. "Si quelqu'un vient nous voir avec un projet viable et un bon emplacement mais sans trésorerie, on ne pourra pas lui accorder de prêt", note Pascal Pelant, directeur du Crédit Mutuel. "Avoir entre 5 000 et 10 000 € peut tout changer". Planifié jusqu'en mars 2016, le FISAC prévoit trois phases annuelles, subventionnée chacune à hauteur de 150 K€, avec un plafond fixé à 18 000 € par entreprise ou commerce.


La municipalité n'ayant pas encore reçu l'accord de l'État pour la première tranche, elle a anticipé la réponse en mettant la main à la poche. Depuis le dépôt de dossier en mars 2012, 16 commerces - dont 7 au cours des dix derniers mois - ont bénéficié du dispositif : 10 réhabilitations et 6 créations. "Les nouvelles installations ont toutes apporté une nouvelle offre", relève Maeva Muetton, coordinatrice FISAC, qui espère surtout "capter des franchises de portée nationale pour servir de locomotives". Selon une étude municipale publiée en novembre 2012, le taux de mitage atteint 23,26 % en centre-ville, avec 100 cellules vacantes.Parmi les banques signataires de la charte fiurent la Société Générale, la BNP Paribas, le Crédit Agricole, la Banque Populaire, le CIC, le LCL et le Crédit Mutuel.


Fabien GROUÉ


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :