Des primaires socialistes fortement médiatisées

 |   |  607  mots
Marseille et Aix-en-Provence faisaient partie, avec Boulogne-Billancourt, Le Havre et Béziers, des cinq primaires socialistes organisées ce dimanche en France en vue des municipales de 2014. Mais tous les intérêts médiatiques ont convergé ce week-end vers Brignoles, où le FN était en lice avec l'UMP pour une élection cantonale et vers Marseille, où 6 candidats rivalisaient pour affronter l'inoxydable maire sortant Jean-Claude Gaudin en mars prochain.

Jean-Claude Gaudin en mars prochain.


Dans cette fédération mise sous tutelle, le scrutin n'a pas été sans dysfonctionnements (listes d'émargement) dans les 55 bureaux de vote répartis dans 15 lieux mais la grande inconnue clé du scrutin, qui était celle de la participation, a vite été dissipée au fur et à mesure de la journée. Ils étaient in fine 20 731 votants dont 335 votes blancs et nuls. Samia Ghali arrive largement en tête (5 151 voix) devant Patrick Mennucci (4 212 voix), soit 25,25 % et 20,65 % des suffrages tandis que Marie-Arlette Carlotti arrive en troisième position avec 19,52 % des suffrages (3 982 voix), devant le président de la communauté urbaine pourtant technophile hyperactif sur les réseaux sociaux, Eugène Caselli (16,57 % des suffrages avec 3 380 voix), Christophe Masse (14,29% avec 2 915 voix). Et loin derrière, Henri Jibrayel avec 3,71% des suffrages (756 voix).

Résultats diversement appréciés

Ce sont donc la sénatrice et le député qui devront être départagés la semaine prochaine. Tous les observateurs y voient une double surprise. La première vient du fait que la ministre déléguée aux Handicapés, Marie-Arlette Carlotti, soit "éjectée" dès le premier tour. La seconde du maintien en pool postion au second tour du maire du 1er arrondissement de Marseille et député des Bouches du Rhône, dont on n'avait de cesse ces derniers temps de louer sa connaissance des dossiers mais son isolement au sein d'une fédération socialiste sur laquelle plane l'ombre du patron du Département Jean-Noël Guérini, erigé en Pinocchio mafio-machiavélique.

Quant à l'interprétation des résultats, elle est diversement appréciée, et ceux-ci accréditent par certains côtés la thèse véhiculée dans les colonnes du Canard Enchaîné : à savoir, que Jean-Noël Guérini et Jean-Claude Gaudin complotent ensemble pour porter au pinacle la rebelle des quartiers Nord, nouvelle égérie des médias parisiens. Celle avec laquelle Jean-Claude Gaudin aimerait avoir maille à partir. La principale intéressée, qui a affreté des bus ce week-end pour permettre à ses électeurs de voter, balaie l'idée d'un simple "ridicule". D'autres voient dans ce premier tour de scrutin et l'éviction de la ministre du gouvernement Ayrault un camouflet oblique adressé à l'endroit de la politique actuellement menée par la majorité en place. Depuis, les empoignages s'enchaînent. Si bien que Matignon s'est fendu d'un communiqué pour rappeler qu'elle avait "toute sa place au sein du gouvernement", en dépit de son élimination au premier tour de la primaire PS à Marseille. Celle-ci a pour sa part violemment dénoncé les conditions de vote dans les quartiers Nord favorables à Samia Ghali. Laissant augurer des recours à la haute autorité.

Aix-en-Provence : d'autres surprises

 Dans le département des Bouches-du-Rhône, Aix-en-Provence votait aussi dimanche, avec six candidats en lice pour affronter la maire UMP sortante Maryse Joissains. Là aussi, place à la surprise avec les deux candidats plébiscités par les urnes et les 2 819 votants (dont 24 bulletins blancs ou nuls) : Edouard Baldo (753 voix) et Jacky Lecuivre (540 voix) face à Jacques Agopian (481 voix), André Guinde (418 voix), Cyril Di Méo (258 voix) et Gaëlle Lenfant (34 voix.

Ancien avocat du groupe Carrefour, Edouard Baldo a travaillé dans les cabinets ministériels de Robert Badinter et Charles Hernu et à l'Elysée sous l'ère Mitterrand. Militant au PS depuis 1969, il a été élu d'opposition à Aix de 1983 à 1989. Jacky Lecuivre est le patron de la société Coppernic spécialisée dans les technologies mobiles et s'il n'a jamais été élu, il est de toutes les batailles politiques sur le terrain et d'ailleurs secrétaire de section à Aix depuis 2010.


A.D

 Photo : ©Terzian

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :