La Seyne-sur-Mer reprend en main la gestion de ses parkings

 |   |  346  mots
Une décision peu ordinaire qui ne va pas dans le sens de la pratique des villes ces dernières années.

L'affaire est rare. Le 15 septembre dernier, le maire de la Seyne-sur-Mer, Marc Vuillemot (PS) a fait approuver par son conseil municipal, réuni en session extraordinaire, la remunicipalisation du stationnement en centre-ville. « La municipalité, en concertation étroite avec les habitants, va pouvoir désormais décider de sa politique tarifaire et des chantiers prioritaires », a expliqué le maire après que le conseil municipal a approuvé le protocole d'accord transactionnel mettant un terme à la délégation de service public qui la liait à la société Omniparc. Sous la précédente mandature (2001-2008), la municipalité avait en effet décidé de confier la politique de stationnement à cette société pour 32 ans. Cet accord prévoyait la rénovation du parking central (Martini, 422 places) et la construction d'un nouveau parking aérien à l'entrée de la ville (Esplageolles, 415 places), avec une livraison prévue pour juillet 2010, et éventuellement un parking supplémentaire sur le site des anciens chantiers navals. Aussi, le gestionnaire récupérait 1080 places en surface, un stationnement libre qui devait devenir payant. Entre temps, Omniparc a été rachetée par Q-Park et, pour des raisons diverses, n'a pas pu honorer ses engagements. Finalement, les deux parties ont trouvé un protocole d'accord : moyennant la somme de 3,7 M EUR, correspondant aux frais engagés jusqu'à présent par la société, la mairie reprend les rênes. Un nouvel appel d'offres pour les travaux doit être lancé prochainement pour un chantier qui s'échelonnera sur deux ans. Quant à la gestion, elle sera donc municipale et la politique tarifaire fera l'objet d'une concertation avec la société civile. « Quelles sont les places qui doivent rester gratuites et celles qui peuvent être payantes ? Et à quels tarifs ? Comment concilier les attentes des résidents et des commerçants ? », s'interroge le maire. Le comité des usagers du parking sera chargé de trouver des réponses. L'édile ne s'interdit rien, dit-on dans son entourage. Que les choses soient claires, il n'est pas pour autant question de gratuité.

Adeline Descamps

Légende : La politique tarifaire de stationnement fera l'objet d'une concertation

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :