Municipales Alpes-Maritimes : deux victoires faciles, une bagarre ardue

 |   |  489  mots
Alors que sans surprise, David Lisnard à Cannes et Christian Estrosi à Nice, l'emportent avec respectivement 58,97 % et 48,62 % des voix, à Grasse, Jérôme Viaud peut dire merci aux 562 voix qui lui ont permis de l'emporter face à son principal adversaire, le triumvirat Euzière-De Fontmichel-Cassarini.


Cela n'a été qu'une formalité. Pour le Niçois Christian Estrosi comme pour le Cannois David Lisnard, la victoire au second tour ne faisait pas débat. Le premier l'emporte avec 48,62 % des suffrages tandis que 30 km plus à l'ouest, le second rafle 58,9 7% des voix. Victoires faciles donc pour les deux candidats UMP, David Lisnard laissant par ailleurs loin derrière lui, l'autre UMP de l'élection, Philippe Tabarot qui ne recouvre que 26,08 % des votes.

Christian Estosi : 52 sièges sur 69

Mais si la victoire a été aisée, le scrutin révèle aussi une surprise, la bonne place réalisée par le Front national, qui sur la Promenade des Anglais, réussit le tour de force de devancer la gauche menée par le représentant du PS départemental, Patrick Allemand, de près de quatre points (21,11 % contre 17,85 %), alors que sur la Croisette, il réussit à réunir 14,95 % des voix. Deux candidats FN, deux femmes et deux inconnues au bataillon. Car Marie-Christine Arnautu comme Catherine Dorten se sont lancées dans la bataille municipale sans être connues des électeurs devant qui elles se présentaient. Influence nationale, travail sur le terrain ? Quelles que soient les raisons de leurs "bons" (dixit le parti de Marine Le Pen) scores, il faudra donc compter avec elles, surtout à Nice où celle que l'on traitait de parachutée, a promis de jouer à plein son rôle de farouche opposante. La liste de Christian Estrosi remporte donc 52 sièges de conseillers municipaux, celle de Marie-Christine Arnautu 7, un de plus que pour la liste du socialiste Patrick Allemand qui en a 6, la liste d'Olivier Bettati en obtenant 4.

Parfum de réussite à Grasse

Grasse, capitale des parfums, a failli se teinter de rose... Avec 562 voix de plus, Jérôme Viaud, le dauphin UMP du maire sortant Jean-Pierre Leleux, a dû batailler sec pour l'emporter sur le trio formé par Paul Euzière, Philippe-Emmanuel De Fontmichel et Stéphane Cassarini. Trio de choc dans tous les sens du terme tant le rapprochement après le second tour entre un candidat communiste, un divers droite et un sans étiquette a surpris. L'affrontement a fini par donner l'avantage à Jérôme Viaud qui rassemble 41,47% des voix, suivi par Paul Euzière à 38,62%, le frontiste Jean-Marc Degioanni récoltant 19,91 %. À noter qu'au Tignet, village situé non loin de la Capitale des Parfums, l'ancien sous-préfet de Grasse Claude Serra n'a pas su convaincre et laisse la victoire au maire sortant, le divers droite François Balazun avec 51,41% contre 48,58 %. Rappelons qu'au premier tour, Antibes et Cagnes-sur-Mer ont élu leur Maire dès le premier tour, Jean Léonetti (63,16%) et Louis Nègre (52,61%) qui rempilent chacun pour un quatrième mandat, tout comme à Valbonne où le PS Marc Daunis se dispense d'un second tour avec 55% des voix.

L. BOTTERO

Photo : Pour le député-maire sortant Christian Estrosi, le second tour ne faisait pas débat. En revanche, il devra gouverner avec le FN.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :