Éric de Montgolfier muté à Bourges

 |   |  252  mots
Comme nous l?avions annoncé, le départ d?Éric de Montgolfier pour la Cour d?Appel de Bourges dans le Cher a été validé par le dernier conseil des ministres. À un peu plus d?un an de la retraite. Une discorde avec le député-maire de Nice pourrait être à l?origine de cette mutation.

Après 13 ans à la tête du parquet de Nice, le procureur le plus médiatique de France vient d'être promu au grade suprême de procureur général en terre berrichonne. À 65 ans et après avoir formulé 27 demandes de mutation auprès de la Chancellerie. Il y occupera les fonctions de procureur général jusqu'en juin 2013, date de sa retraite.

D'ici là, et en cohérence avec sa personnalité franche et sincère, il entend bien "faire passer quelques messages". Récemment, Éric de Montgolfier s'était opposé à la politique du député-maire de Nice sur les prérogatives de la police municipale. Discorde qui pourrait être, selon lui, à l'origine de cette mise à l'écart.

"Il n'est pas impossible que ceux qui sont au pouvoir aujourd'hui souhaitent pourvoir le poste de procureur de Nice avant l'élection présidentielle qui arrive, avait confié le magistrat à nos confrères de Mediapart le 10 février dernier. Il est indéniable que cette promotion arrive à un moment où mes relations sont plus difficiles avec Christian Estrosi".


En poste à Nice pendant 13 ans, Eric de Montgolfier s'est évertué à lutter contre "la culture des petits arrangements", faisant notamment tomber Jean-Paul Renard, doyen des juges d'instruction, parce qu'il fournissait des informations confidentielles à sa loge maçonnique.

Après son passage éclair à Bourges, le procureur laisse entendre qu'il pourrait revenir sur la Côte d'Azur en tant qu'observateur de la vie judiciaire. Le nom de son remplaçant n'est pas encore connu.


PH
Photo : © CLD

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :