Aéroport de Nice : Estrosi convainc Macron

 |   |  312  mots
Mécontent de la privatisation annoncée de la plateforme aéroportuaire niçoise, le député-maire de Nice a rencontré Emmanuel Macron et obtenu (presque) gain de cause.

Dans le feuilleton qui oppose le député-maire de Nice et le gouvernement au sujet de la privatisation de l'Aéroport niçois, un nouvel épisode vient jalonner le bras de fer entre l'ancien Ministre de l'Industrie et le nouveau. Après les mots vifs échangés à l'Assemblée Nationale, Christian Estrosi et Emmanuel Macron se sont rencontrés ce mercredi 18 mars. Et la rencontre a, semble-t-il, tourné à l'avantage de l'élu niçois.

Garder la main

Ainsi, il a été convenu que les collectivités - actionnaires de la société de gestion - conservent la main sur la stratégie de développement de la plateforme notamment vu le poids qu'elle pèse dans une autre stratégie essentielle, celle du développement du territoire. Un groupe de travail - composé des différents actionnaires - sera également créé. Et c'est là où c'est intéressant : il va devoir établir un cahier des charges qui permettent aux collectivités publiques de rester un interlocuteur incontournable. Elles seront donc associées au choix du futur actionnaire privé, conserveront la présidence du conseil de surveillance et un droit de véto sur les décisions importantes.

Équilibre financier

Être impliqué dans la stratégie c'est bien mais pouvoir continuer à en récolter les fruits financiers ce n'est pas négligeable. Et Christian Estrosi de demander à ce qu'une partie des bénéfices de la vente de la participation de l'État soit reversée au territoire. Rappelons que l'Aéroport de Nice génère 7 Mds€ de retombées économiques par an, soit 340 000 € rien que pour la Métropole Nice Côte d'Azur qui détient 5 % des parts de la société de gestion. Emmanuel Macron a promis d'intercéder auprès de Manuel Valls sur ce dernier point. À suivre...

Laurence BOTTERO
Crédit photo : Aéroport Nice Côte d'Azur

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :