Alpes-Maritimes : La majorité se renforce

 |   |  440  mots
À contre-courant de la tendance nationale, l?UMP gagne du terrain sur la Côte d?Azur et rafle 21 des 26 sièges à pourvoir. Un résultat modéré par une abstention massive (58,84%).

À contre-courant de la tendance nationale, l'UMP gagne du terrain sur la Côte d'Azur et rafle 21 des 26 sièges à pourvoir. Un résultat modéré par une abstention massive (58,84%).

Pas de redistribution des cartes dans les Alpes-Maritimes. Le département, réputé pour être l'un des plus "sarkozyste" de France, renouvelle sa confiance au parti présidentiel et au député-maire de Nice Christian Estrosi. À l'issue des deux tours de scrutin, l'UMP sort vainqueur dans 21 des 26 cantons renouvelables. Il gagne tous ses duels face au FN, ravit deux sièges à la gauche et parvient même à se débarrasser de son dissident René Vestri en s'imposant dans le canton de Villefranche. Ni vague rose, ni vague bleu marine donc.


Le Front National, présent dans 14 cantons, ne concrétise guère sa percée. Malgré une forte progression des voix et des scores très élevés (44,1% à Vallauris-Antibes-Est, 48,2% dans le 11e canton de Nice et même 49,17% à Cagnes-centre), le parti lepéniste trébuche aux portes du conseil général. Dans le 3e canton de Nice, Lionel Tivoli - qui cristallisait tous les espoirs du FN - s'incline face au communiste sortant Jacques Victor. 202 voix séparent les deux hommes. Une courte tête obtenue grâce aux reports de voix et au "vote républicain". À Nice, c'est dans ce canton que les électeurs se sont le plus mobilisés avec un taux de participation de 43,4%.


La gauche, exclue dans 10 des 26 cantons dès le premier tour, sort également très déçue de ces élections. Elle sauve quatre sièges - Nice 3 (PC), Nice 5 (PRG), L'Escarène (PC) et Grasse Sud (Ecologie), mais en perd deux - Nice 7 et 14. Le très disputé 14e canton niçois, détenu par le socialiste Paul Cuturello depuis 1998, tombe ainsi dans l'escarcelle de l'UMP. Une victoire à mettre au crédit de l'adjointe au maire Dominique Estrosi-Sassone (54,45%) qui se présentait pour la première fois sous son propre nom. L'élue a annoncé hier sa démission prochaine au Conseil régional, pour cause de cumul des mandats.


Jean-Marc Delia, élu dans le canton de Saint-Vallier-de-Thiey avec 56,57% des voix, est le seul candidat sans étiquette à l'emporter. L'abstention, une fois de plus, a atteint des records sur la Côte d'Azur. Plus d'un candidat sur deux ne s'est pas rendu aux urnes hier.

Piérine Herbin

Photo : Malgré la défaite, le FN creuse son sillon dans les Alpes-Maritimes. C'est ici qu'il obtient ses meilleurs scores au niveau national avec 43,57 % des voix. Dans le 3e canton de Nice, le candidat frontiste Lionel Tivoli a failli l'emporter face au communiste sortant Jacques Victor.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :