Assises de la mer : En attente d ? un cap sur la politique maritime française

 |   |  403  mots
La communauté française maritime a rendez-vous les 30 novembre et 1er décembre au Centre de Congrès Neptune à Toulon. Au programme, tous les sujets préoccupant la filière.

Jean-Louis Borloo était annoncé sur les plaquettes de présentation. C'est Nathalie Kosciusko-Morizet, chargée de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement depuis le remaniement gouvernemental du 14 novembre, qui est attendue. Si l'an dernier, l'événement se déroulait dans un contexte marqué par la détermination d'une stratégie ambitieuse de l'État et des acteurs économiques suite à la publication du Livre Bleu (dans lequel les principaux enjeux de l'économie maritime ont été formalisés), « il ne devrait pas y avoir de grandes révélations cette année et ce, d'autant plus que le dernier remaniement n'a pas donné un grand écho à la tonalité maritime », explique Jean-Ronan Le Pen, l'organisateur des Assises de la mer. Cet évènement, organisé par Le Marin et Les Echos, en collaboration avec l'Institut Français de la Mer et le Cluster Maritime Français, réunit chaque année depuis six ans les professionnels du secteur, du transport en passant par l'industrie portuaire, nautique, la pêche, la recherche, la plaisance ou l'environnement.
Organisées l'an dernier à Brest, les Assises ont réuni 1400 participants. Cette année, le salon fonctionnera « à guichets fermés avec 1100 inscrits » et à Toulon. Une aubaine pour cette ville qui veut marquer son territoire et réaffirmer ses atouts dans le domaine de la mer, comme n'a pas manqué de le rappeler son maire, Hubert Falco.
Ce sera aussi l'occasion pour PricewaterhouseCoopers de présenter les résultats de son 2ème baromètre de l'économie maritime, un indicateur de conjoncture lancé l'an dernier à Brest. En 2009, 72% des entreprises interrogées se disaient assez optimistes voire très optimistes quant à l'évolution de la conjoncture de leur secteur d'activité en 2010. Qu'en sera-t-il cette année ?
Dans un contexte de politique gouvernementale incertaine en matière d'environnement, les échanges et réflexions à Toulon porteront notamment sur l'exploitation des richesses énergétiques et minérales de la mer, les ports du futur, l'équilibre entre pêche et aquaculture, les énergies marines renouvelables mais aussi, précise l'organisateur, sur la place de la France en matière maritime. « A-t-elle encore une carte à jouer dans la construction navale ? quelles sont ses ambitions ? et en-a-t-elle les moyens ? ». La ministre aura beaucoup à faire pour gommer l'image brouillée et rassurer sur les desseins et ambitions du gouvernement qu'elle représente en matière maritime.

A.D

Photo : L'événement attend 1100 personnes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :