Auto-entreprises : Quel bilan en Paca ?

 |   |  519  mots
L?Insee sortira mi-juillet une analyse sur les auto-entrepreneurs en région Paca. Une étude clef sur un statut en statu quo. Après avoir laissé entendre, en tant que candidat, qu?il serait supprimé, François Hollande a ensuite dit qu?il serait amendé. En attendant, état des lieux en Paca.


Le statut d'auto-entrepreneur permet depuis 2009 aux salariés, chômeurs, retraités ou étudiants de développer une activité à titre principal ou complémentaire pour accroître leurs revenus, avec des démarches simplifiées et un régime fiscal avantageux. Parmi les dérives sous-entendues par le président désormais élu, le fait que non seulement "près de 40% des personnes qui se lancent dans l'auto-entreprise ne créeraient pas d'activité effective", mais aussi "une concurrence déloyale" avec les professionnels du commerce et de l'artisanat soumis à la fiscalité et aux normes de droit commun.


En dépit de ses limites, dont celle d'être socialement peu protecteur, et de ses inconvénients - aucune charge fiscalement déductible (donc des cotisations à payer même si l'activité est déficitaire); TVA payée non récupérable ; trimestres de retraite pas systématiquement validés ; obligations et responsabilités professionnelles ; chiffre d'affaires plafonné - le régime rencontre un franc succès.


Selon l'Insee, en 2011, 61 400 entreprises ont été créées en Provence-Alpes-Côte d'Azur, soit 8 500 créations de moins qu'en 2010. À l'origine de près de six nouvelles entreprises sur dix depuis son lancement en 2009, le régime de l'auto-entreprise s'est essoufflé (-17,2% en 2011). Toutefois, la part de l'auto-entreprise dans l'ensemble des créations d'entreprises représentait encore 56% en 2011. Le Vaucluse et les Hautes-Alpes concentrent la diminution la plus forte (respectivement − 28% et − 25%).


Le repli est plus ou moins marqué selon les secteurs d'activité : très intense (− 20%) dans les secteurs de la construction, du commerce, des TIC, des activités scientifiques et techniques et des services, moins important dans l'hôtellerie-restauration (− 1,7%) et les transports (− 6,9%). À l'inverse, les créations d'auto-entreprises continuent d'augmenter dans l'industrie (+ 1%) et les activités immobilières (+ 0,7%).

Pour quel taux de survie ? En Paca, la durée de vie des entreprises est traditionnellement moins élevée en moyenne que sur l'ensemble de la France. Le taux de survie à 5 ans des entreprises régionales créées au premier semestre de 2002 était en effet de 48,9 % contre 51,9 % en moyenne nationale. Paca se situe ainsi à l'avant-dernier rang des régions métropolitaines selon ce critère.

5 570 défaillances d'entreprises auront été comptabilisées par l'Institut des statistiques en 2011. Cela représenterait environ 120 unités de moins qu'en 2010. Mais sans faire la part de celles qui relèveraient de ce statut. Dans son bilan de 2011, la société d'informations financières Altares faisait état de 6 113 sociétés concernées par un dépôt de bilan dans la région dont 94% de micro-entreprises sans effectifs et des TPE de moins de 10 salariés.

Dans une autre étude de l'Insee, parue en février 2012, il avait été mis en valeur que les ¾ des auto-entreprises n'auraient pas été créées sans ce statut. "Sur les 41 300 créations enregistrées en 2010, on peut estimer à 31 500 celles directement imputables à ce régime ("effet d'ajout")". Un succès mitigé cependant. 56% des auto-entreprises créées en 2010 ont déclaré un chiffre d'affaires dans les six mois qui ont suivi leur création, signe effectif d'une activité économique. Cette proportion est moindre que la moyenne de province (62%).

A.D

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :