Avignon-Sorgues-Carpentras enfin sur les rails

 |   |  579  mots
Après 2 ans de travaux et 80 M? d'investissement, la ligne et sa nouvelle rame signée Alstom doivent connecter le Vaucluse à la grande vitesse. Une inauguration alors que la ponctualité des TER est fortement pointée du doigt.

La nouvelle rame d'Alstom (Régiolis) était de sortie pour accueillir les nombreux convives invités à l'inauguration samedi 30 mai. Lancés en mars 2013, les travaux engagés pour la réouverture de la ligne Avignon-Sorgues-Carpentras, associés à la mise en service en décembre 2013 de la liaison ferroviaire entre Avignon TGV et Avignon Centre, s'inscrivent dans la volonté de tous les partenaires de proposer une offre de transport performante entre Avignon et Carpentras et de connecter le Vaucluse à la grande vitesse. Deux ans ont été nécessaires pour moderniser 16 km de voie, rénover les quais, poser 19 km de clôtures, supprimer 9 passages à niveau, remplacer 8 ouvrages d'arts, transformer les gares existantes et en créer une nouvelle.

Investissements conséquents

Cette réouverture de ligne, inscrite au contrat de projets État-Région 2007-2013, a été financée par l'État, la Région PACA, le Département de Vaucluse, les Communautés d'agglomération du Grand Avignon et Ventoux Comtat Venaissin, les Communautés de communes des Pays de Rhône et Ouvèze et Les Sorgues du Comtat et SNCF Réseau, pour un montant total de 80 M€. Le projet a également concerné la transformation des gares existantes en véritables pôles d'échanges multimodaux et la création d'une nouvelle gare terminus à Carpentras, dont les travaux, d'un montant total de 22 millions d'euros, ont été financés par tous les partenaires et par la ville de Carpentras.

Rapide... mais cher

Cette ligne, surtout, devient une véritable alternative à la route et participe au développement économique et démographique des bassins de vie alentour. Certes, le train est le moyen de transport le plus rapide, 30 minutes, alors qu'en voiture le parcours prend 33 minutes et en bus 55 minutes. Mais le coût du train (sans réduction) est de loin le plus cher avec 5,9€ l'aller, contre 3€ pour la voiture et 2€ pour le bus.

Retard et... pénalités

Mais le sujet qui a fait polémique lors de cette inauguration reste celui de la régularité. La récente enquête d'UFC-Que Choisir place les TER PACA bons derniers en terme de ponctualité avec un taux de 77,3% (83% d'après les chiffres SNCF). "Il y a des problèmes de suppression de trains sans explication, des problèmes de retards sans explication qui ont découragé les usagers, lesquels ont fini par reprendre leur voiture et abandonner le train alors que l'on investissait énormément", souligne Michel Vauzelle, président de la Région Paca. "C'est à la limite du supportable, alors que l'on paye chaque année la SNCF pour faire son travail. Du fait de ses manquements, la SNCF va nous verser 15 M€ de pénalités pour l'ensemble du passif. Nous ne restons pas les bras croisés devant tous ces retards et suppressions de trains". Guillaume Pepy, président du directoire de SNCF, explique ce manque de régularité ainsi : "la première raison est qu'il y a énormément de travaux sur les voies : une trentaine de chantiers en 2015 en PACA. Et lorsqu'il y a des travaux, les trains ralentissent devant passer sur la voie d'à côté. La deuxième raison est que l'ensemble de l'infrastructure a beaucoup vieilli. Il y a donc des pannes récurrentes. La spécificité de la région est qu'il n'y a qu'une seule ligne avec aucun itinéraire de substitution". Une ligne de défense qui ne va sans doute pas contenter les usagers...

Alain RICCI
Crédit photo : AR

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :