Cantonales : Nouveaux suffrages dans les Alpes-Maritimes ?

 |   |  376  mots
Trois scrutins cantonaux, remportés par des candidats UMP en mars dernier, viennent d?être annulés par le Tribunal administratif de Nice. Parmi eux, celui de Dominique Estrosi-Sassone.

Elle avait infligé un sérieux revers à l'ancien maire de Nice Jacques Peyrat en l'éliminant dès le premier tour dans le 14ème canton. Aujourd'hui, son sacre est mis en doute.

Dominique Estrosi-Sassone, adjointe au maire notamment en charge du logement, pourrait bien avoir à se soumettre de nouveau aux urnes.

En cause : les pratiques douteuses d'un autre candidat, Max Baeza, qui avait fait référence au parti d'extrême droite sur son bulletin de vote sans y être autorisé. Jacques Peyrat, soutenu par le FN, n'avait alors pas manqué de soulever cette irrégularité en déposant un recours en annulation.

Contre toute attente, le Tribunal administratif de Nice vient de trancher en sa faveur, estimant que les documents électoraux de Max Baeza étaient susceptibles "d'altérer la sincérité du scrutin en créant une confusion dans l'esprit des électeurs sur le candidat représentant le Front National".

"Cette décision est surprenante car contraire aux conclusions du rapporteur public. Je suis conseillère générale de ce canton et j'entends bien le rester", déclarait mercredi Dominique Estrosi-Sassone à nos confrères de Nice-Matin, tout en annonçant son intention de faire appel devant le conseil d'État. Même décision pour l'UMP Bernard Baudin, candidat victorieux dans le 7ème canton en mars dernier et qui voit aujourd'hui son élection annulée.

Dominique Boy-Motard (PRG), conseillère générale sortante battue de 16 voix au premier tour, avait dénoncé des signatures différentes face aux mêmes noms entre les deux votes.

Dans le canton de Levens, enfin, la victoire d'Alain Frère (UMP) aurait été entachée par trois irrégularités sur les listes d'émargement et sur des procurations.

Si la haute juridiction venait à confirmer les décisions du Tribunal administratif de Nice, le préfet aurait alors deux mois pour rappeler les citoyens concernés aux urnes.

À noter que les recours en annulation déposés contre les élections des UMP Xavier Beck (Villefranche), Olivier Bettati (Nice 8), Jérôme Viaux (Grasse Nord) et Henri Revel (Saint-Laurent) ont été rejetés.

PH

Photo : Dominique Estrosi-Sassone, conseillère générale du 14e canton de Nice et adjointe au maire notamment en charge du logement (© Ville de Nice).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :