Christian Dussart : "Le marketing digital ne va pas remplacer le marketing traditionnel"

 |   |  522  mots
Il est considéré comme l'un des quatre meilleurs professeurs de marketing au monde. Invité par le club APM de Marseille, présent au DigiWorld Summit qui s'est tenu à Montpellier, cet enseignant à HEC Montréal et HEC Paris dit tout le bien qu'il pense des réseaux sociaux et explique comment s'en servir.

Si les entreprises ne doutent plus de la nécessité d'être présentes sur les réseaux sociaux, savent-elles pour autant correctement en tirer la substantifique moelle ?
Il y a encore beaucoup d'entreprises qui doutent et qui se demandent comment faire des affaires avec de telles plateformes. Leurs dirigeants pensent que c'est pour les jeunes, que cela s'applique seulement au B2C et pas au B2B, et encore moins aux PME. Tout cela est faux. Mais il faut changer les attitudes. Au sein des PME en France, seulement une grosse minorité fait vraiment des affaires et de la stratégie avec les médias sociaux. Le but est de leur montrer que c'est possible et que cela rapporte. Cela va prendre encore du temps.
 
Quelle part peut-on attendre que le digital prenne dans les stratégies marketing à venir et ce dans les 3 prochaines années ?
La part du digital monte sans arrêt. En moyenne, le budget du marketing digital tourne autour de 35% du budget de marketing total. Mais c'est une moyenne. La variance est forte. Certaines entreprises y vont à 100%. D'autres n'y vont pas du tout. Il ne faut pas croire que le marketing digital va remplacer totalement le marketing traditionnel. Ceux qui disent cela sont des menteurs. Il s'agit de trouver un optimum entre les deux et de les intégrer. Chaque cas est particulier. Chaque objectif poursuivi l'est aussi.
 
Facebook semble laisser la place de réseau social n°1 à Twitter. A t-on déjà identifié le réseau social qui peut le supplanter ?
Je ne pense pas que Facebook soit supplanté par Twitter. Ce n'est pas comme cela qu'il faut voir les choses, selon moi. Les plateformes sociales ont, comme les produits et les êtres humains, des cycles de vie. Facebook est vieillissante, c'est tout. Et chaque plateforme doit jouer un rôle unique et précis. Il faut donc dresser, en fonction de ce que l'on veut faire, sa stratégie des médias sociaux. Si vous voulez changer votre image, alors, comme Burberry, YouTube est une plateforme toute indiquée pour des vidéos sur les défilés de mode. Si vous êtes une compagnie aérienne, alors Twitter est une façon de gérer vos retards éventuels...
 
Si vous aviez 3 conseils à donner aux entrepreneurs, quels seraient-ils ?
Ne restez pas calés dans un mode réactif, parce que vous ne vous sentez pas à l'aise avec les nouvelles réalités du numérique et du social. Faites-vous aider par des jeunes, des geeks et ne leur donnez pas seulement des stages. Encadrez-les. Si vous avez du mal à vous y faire, et bien faites donc un effort supplémentaire. Car, si vous n'y allez pas, vos concurrents le feront et vous allez passer à côté de vos nouveaux marchés. Rappel : le segment des moins de 35 ans, les millennials (ou génération Y NDLR), est stratégique... et ils sont radicalement différents de leurs aînés. Un dirigeant averti en vaut deux ! Ne résistez pas au changement, inventez donc le futur !
 
Propos recueillis par Laurence BOTTERO
Crédit photo : DR

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :