City Motion lance une campagne de crowdfunding

 |   |  346  mots
La PME basée à Grasse et spécialisée dans la construction et la commercialisation de scooters électriques compte lever 100 K? via la plateforme Finance Utile. En attendant un nouveau tour de table plus conséquent en fin d'année.

Financer l'ouverture de dix nouveaux points de vente, tel est l'objectif de la campagne de financement participatif lancé par la PME implantée dans la Cité des Parfums. L'appel de fond est ouvert jusqu'à la fin du mois de juin. "Cette levée va nous permettre de nous développer sur le territoire hexagonal" souligne Christophe Cornillon, co-fondateur et directeur général de l'entreprise créée en 2011 et qui a d'abord été distributeur avant de devenir constructeur l'an dernier d'un 123 c3. Baptisé Artelec 670, il est conçu à partir du châssis et de la coque développés par la société grecque Nipponia, associés aux batteries d'une entreprise allemande. Quant à Finance Utile, moins connue que Wiseed ou KissKissBankBank, elle a été l'une des premières plateformes spécialisée dans l'equity crowdfunding.

Passage à l'international

Si le territoire national intéresse la PME, elle amorce également son développement à l'international. Elle est ainsi présente en Allemagne et en Autriche via respectivement deux et un points de vente. Le modèle de distribution de City Motion est de fournir des scooters électriques à des revendeurs déjà installés. "Nous comptons poursuivre le déploiement à l'international, sans doute en Angleterre, le gouvernement venant de voter la mise en place d'un bonus pour l'achat de tout véhicule électrique, deux-roues y compris. Pour cela nous recherchons un partenaire importateur", précise Christophe Cornillon. La Suisse et la Belgique sont également regardées de près.

Libre-service

L'autre vecteur de développement pour City Motion (5 salariés - CA 300 K€), c'est la mise à disposition de scooters électriques en libre-service. Porté par des entreprises privées, ce service pourrait se développer en sortie de gare ou en ville. La campagne de financement via Finance Utile n'est par ailleurs pas le premier tour de table réalisé par l'entreprise grassoise qui a levé l'an dernier 500 K€ dont 150 K€ auprès du FCPR Fonds Entrepreneurial 06. Un nouveau tour de table est programmé pour la fin de l'année -début 2016, pour un montant de 520 K€.


Laurence BOTTERO
Crédit photo : DR

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :