Condamné, Elie Brun maintient sa candidature à la mairie de Fréjus

 |   |  418  mots
Le maire de Fréjus et candidat sans étiquette aux élections municipales de 2014, Elie Brun, a été condamné jeudi 30 janvier par le tribunal correctionnel de Draguignan à 5 ans d'inéligibilité et à 20 000 euros d'amende pour prise illégale d'intérêts dans une affaire de concession de plage privée. Elie Brun fait appel et brigue un 4e mandat.

Le maire de Fréjus et candidat sans étiquette aux élections municipales de 2014, Elie Brun, a été condamné jeudi 30 janvier par le tribunal correctionnel de Draguignan à 5 ans d'inéligibilité et à 20 000 euros d'amende pour prise illégale d'intérêts dans une affaire de concession de plage privée. Elie Brun fait appel et brigue un 4e mandat.


"J'ai pris acte de la décision prise ce jeudi par le tribunal correctionnel de Draguignan. Les sanctions pénales ne deviennent définitives qu'après épuisement des voies de recours. J'ai ma conscience pour moi, je confirme donc bien évidemment, que j'ai demandé à mon avocat d'interjeter appel de ce jugement", a commenté Elie Brun par simple communiqué, en réaction à cette condamnation. Son avocat Me Jean-Claude Guidicelli a indiqué que son client allait faire appel. À 65 ans, le maire de Fréjus compte bien décrocher son 4e mandat. Élie Brun avait été placé en garde à vue en mars 2013 dans le cadre d'une enquête portant sur les conditions d'attribution, fin novembre 2010 et à l'été 2011, de la plage de l'Alba à Sébastien Scaglia, ex-mari de l'épouse du maire, Annabelle Pieri. L'élu ne faisait pas partie de la commission d'attribution des lots de plage, mais avait siégé lors du conseil municipal entérinant la décision. Sébastien Scaglia et Annabelle Pieri ont été condamnés pour recel de prise illégale d'intérêts, respectivement à 7 500 et 10 000 € d'amendes.

Droite divisée

"Cette condamnation en première instance valide le diagnostic que je porte depuis longtemps sur la direction des affaires publiques par les sortants", réagit sur son site de campagne la candidate socialiste Elsa di Méo, qui rassemble la gauche sur Fréjus. Elle espère notamment tirer partie de la droite divisée, qui voit le maire divers-droite sortant opposé à trois candidats issus de ses rangs : son ancien adjoint au tourisme, Philippe Mougin, qui lui a ravi l'étiquette UMP, son ancien directeur de cabinet, Philippe Michel (divers-droite), qui l'a accompagné de 1998 à 2007 ainsi que la candidate UDI Sophie Parent, conseillère municipale au sein de la majorité depuis 2008. Le candidat frontiste David Rachline, éliminé de peu aux cantonales de 2011 avec 47,93 % des voix au deuxième tour face à Elie Brun, profite de cette condamnation pour rappeler que sa candidature incarne le "renouveau municipal [...] pour sortir du système UPMS". La partie s'annonce décidément bien rude pour celui qui avait été réélu dès le premier tour avec 62,7 % des voix aux municipales de 2008.


Ch. HENRY


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :