Départementales : le changement et la continuité

 |   |  484  mots
Alors que les Bouches-du-Rhône virent à droite ; une première depuis 60 ans ; tout comme le Vaucluse, les Alpes-Maritimes, le Var et les Hautes-Alpes ne démentent pas leur traditionnel ancrage à droite. Les Alpes de Haute-Provence, elles, restent à gauche.

Un gros changement et une attendue continuité, ainsi se résument les élections départementales.

Dans les Bouches-du-Rhône, Guérini, c'est fini. Le président du Conseil général depuis 1998 va devoir céder son fauteuil, probablement à Martine Vassal. La chef de file de la droite marseillaise signe une victoire historique à plus d'un titre. Déjà parce qu'elle met fin à ce que beaucoup nomment "l'ère Guérini" et parce que la suprématie rose durait dans le département depuis pas moins de 60 ans. Son arrivée à la présidence du CG13 va dans la lignée de ces politiques qui veulent en finir avec le clientélisme et espèrent redonner une virginité au département de ce point de vue. Jean-Claude Gaudin, le sénateur-maire de Marseille, y est allé de ses congratulations espérant une "politique courageuse et déterminée qui rendra à Marseille et à la Provence un rayonnement, un développement économique et une qualité de vie collective dignes de leurs immenses atouts".

Le ni-ni vauclusien

Ni FN, ni PS, le département de Vaucluse vient de basculer à droite. L'UMP remporte 6 cantons. Le FN met cependant la main sur trois cantons (Carpentras, Le Pontet, Monteux). Et la Ligue du Sud obtient deux cantons (Orange, Bollène). "Nous faisons des scores assez exceptionnels dans ce département. Notre ancrage s'accélère. Nous avons été les grands vainqueurs de ce premier tour, mais malheureusement, les modes de scrutin fabriqués contre nous ont eu raison de la majorité qui aurait dû être la nôtre, puisque nous sommes le premier parti de Vaucluse en nombre de voix", explique Marion-Maréchal Le Pen, présidente du FN dans le département.
Sans surprise, jeudi, lors du troisième tour, c'est-à-dire l'élection du président du conseil départemental, l'UMP devrait emporter la mise. Fin de partie donc pour Claude Haut, président PS sortant du Conseil général. Qui, question gouvernance, insiste : "l'intérêt des Vauclusiens n'est pas d'associer le Front National à une gestion. Il faut la gérer de façon républicaine". Une façon d'ouvrir la porte à une co-gestion UMP-PS.

On prend les mêmes...

Dans les Alpes-Maritimes, on note le carton plein de l'UMP-UDI dans les 9 cantons de la Métropole Nice Côte d'Azur. Eric Ciotti, le président sortant du CG06, candidat à sa propre succession, devrait être réélu jeudi. Le Var reste aussi fortement ancré à droite, l'UMP et l'UDI ayant contenu le FN en remportant des cantons stratégiques. Cependant la présidence du CG 83 devrait changer de mains, Horace Lanfranchi qui assumait la fonction depuis 17 ans, ne se représentant pas. Dans les Hautes-Alpes aussi on reste à droite alors que dans le département voisin des Alpes de Haute-Provence le maintien est également de mise, mais à gauche.

Laurence BOTTERO et Alain RICCI
Crédit photo : Franck PENNANT

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :