Du nouveau pour la reconversion des militaires ?

 |   |  758  mots
Faciliter le retour des militaires à la vie civile. Un objectif prévu dans le cadre de la réforme des armées. Le 14 avril dernier, le Palais du Pharo a accueilli la 1ère édition d?un forum régional de recrutement dédié aux personnels des armées.

Il y avait, selon le pôle Défense mobilité*, l'agence créée en juin 2009 pour accompagner le reclassement des personnels militaires et civils de la Défense dans les secteurs privé et public, près d'une soixantaine d'entreprises oeuvrant notamment dans les secteurs aéronautique et spatiale, énergie, ingénierie industrielle, logistique et transport.


Chaque année, 33 000 militaires quittent les armées. Certains n'ont pas accompli sous les drapeaux le nombre requis d'années (15 et bientôt 17 dans le cadre de la réforme) pour avoir droit à une pension immédiate, dont le montant est, pour les non-officiers, compris entre 574 et 630 euros. D'autres ont atteint la limite d'âge de leur grade et de leur spécialité.


"En 2010, sur les 697 militaires inscrits, 597 ont été accompagnés et reclassés par le pôle de Marseille et 1750 par celui de Toulon. Le taux global de reclassement des militaires est aujourd'hui de 75%, six mois après leur départ. Deux secteurs prédominent : le transport et la logistique et les services à la personne et aux collectivités. Il s'agit majoritairement de postes d'opérateurs et techniciens. En Paca, le reclassement dans le secteur public est un peu moins important que dans le secteur privé", explique le général Jean-Paul Martial, directeur de l'agence qui compte 688 collaborateurs et a bénéficié d'un budget de 21,5 M€ en 2010 pour la formation professionnelle.


Au niveau national, sur les 15 422 inscrits, 8577 ont été reclassés en 2010 dans le secteur privé et 2335 dans le public. 4058 conjoints ont été suivis et le taux de placement est de 54%. 4000 candidats ont bénéficié d'une formation.

Quant à la pérennité des emplois, les statuts et la nature des contrats, la Défense se fait plus muette. "Ce qui est important, c'est l'objectif fixé (75% pour les militaires et 50% pour les conjoints) qui est atteint. Nous savons que la Défense a indemnisé 3213 nouveaux chômeurs en 2010. Nous sommes parvenus à réduire le nombre de chômeurs indemnisés de 9% au 2ème semestre 2010 (ndlr : il avait augmenté de 10% au premier semestre)". Il faudrait ajouter les 9031 anciens militaires, qui ont quitté les armées il y a plus de deux ans, qui sont aujourd'hui indemnisés par le Ministère de la Défense (pour un coût budgétaire de 109 M€).


La charge et la gestion de l'indemnisation restent assurées par le ministère de la Défense mais depuis le 1er janvier 2009, les anciens militaires indemnisés au titre du chômage ont la possibilité de bénéficier des aides de formation professionnelle et d'accompagnement du Pôle emploi (loi n° 2008-126 du 13 février 2008 relative à la réforme de l'organisation du service public de l'emploi).

Une cinquantaine d'entreprises ont assisté au forum, "avec à la clé, 400 offres à proposer. Nous attendons 1000 candidats pour la journée", précise le lieutenant Colonel Jean-François Bret, chef du pôle de Marseille.

Pour les participants, les personnels militaires représentent des profils très intéressants, notamment pour leurs "qualités comportementales indéniables : un savoir-être qui rend les plus jeunes facilement employables", explique la mission locale de Marseille.


Défense Mobilité a signé des conventions avec 42 entreprises et 10 fédérations professionnelles, dont la dernière en date il y a deux semaines, Eads. Localement, Eurocopter travaille avec la Défense depuis 2005, explique Julie Arnal, responsable emploi. "Nous recrutons des profils divers, du compagnon au pilotes instructeur. Le personnel militaire représente en effet chez nous un vivier privilégié et un sourcing naturel du fait de l'expertise locale des armées sur la gamme hélicoptère". La responsable emploi, qui avait 10 postes à offrir immédiatement, était davantage présente pour anticiper la montée en charge à venir.
Peut-être que la convention signée avec la maison-mère permettra de régulariser certaines situations : à l'heure actuelle, sur certaines gammes, les chaînes sont très majoritairement opérées par des intérimaires qui en sont au 3ème renouvellement de contrat de 18 mois...


A.D
Photo : Un prochain salon organisé sur le même schéma aura lieu le 8 novembre à Toulon.


*L'Agence Défense Mobilité fédère 10 pôles régionaux. Celui de Marseille s'étend sur deux régions administratives (Languedoc-Roussillon et Paca) et les départements : Bouches du Rhône, Vaucluse et Corse où sont stationnés plus 130 formations et organismes militaires (hors gendarmerie) soit 23 600 personnes (20 500 militaires et 2900 personnels civils). 5 antennes sont rattachées à ce pôle. Celui de Toulon rayonne sur les Alpes-Maritimes, le Var et les deux départements alpins.


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :