Election sans surprise du nouveau président d ? Euroméditerranée

 |   |  708  mots
C'est ce soir que sera connu le successeur au député-maire des 9e et 10e arrondissements Guy Tessier après plus de 5 ans à la tête de l?établissement public. Michel Vauzelle, président PS de la Région, est donné favori, depuis que l?État s?est prononcé en sa faveur en donnant des consignes de vote à ses représentants locaux.

Depuis le 4 novembre - date de la réunion du conseil d'administration d'Euroméditerranée qui devait entériner une nouvelle présidence mais qui a été reportée en raison du tohu bohu politique engendré par cette affaire - l'élection du nouveau président de cet établissement public géré par la droite depuis sa création a pris une tournure très politique à six mois des municipales. C'est aujourd'hui que sera connu le successeur au député-maire des 9e et 10e arrondissements Guy Tessier après plus de 5 ans à la tête de l'établissement public : le maire 5e secteur de la ville depuis 1983 a été élu en juin 2008 à la tête de cette opération d'intérêt national qui s'étend sur 480 ha et mise en place en 1995 à Marseille par le maire socialiste Robert Vigouroux, dans un gouvernement présidé par Edouard Balladur (UMP).
Mais l'on sait d'ores et déjà que Michel Vauzelle, président PS de la Région, est donné favori, depuis que l'État s'est prononcé en sa faveur en donnant des consignes de vote à ses représentants locaux. Le conseil d'administration est composé de 20 membres dont 9 élus : 3 de la ville de Marseille, 2 du Conseil régional, 2 du Conseil général et 2 de la communauté urbaine. Les autres personnes appelées à voter sont des fonctionnaires d'État désignés par les ministres (9 membres), ce qui n'est pas sans poser d'autres problèmes.Les deux autres personnes sont un représentant du GPMM (Jean-Claude Terrier dont le mandat est échu depuis le 5 décembre) et une personnalité qualifiée désignée par le Premier ministre (en l'occurrence Bernard Maurel, président du conseil de surveillance de la Banque Martin Maurel).

Un homme de gauche à la tête d'une institution gérée par la droite depuis sa création

L'élection d'un homme de gauche serait donc une première pour cette institution que Renaud Muselier et Jean-Claude Gaudin ont présidée avant Guy Tessier. L'affaire a donné lieu à quelques échanges épigrammatiques lors du dernier Conseil municipal du 9 décembre, Guy Tessier accusant les manœuvres politiciennes du PS autour de sa succession. Lui qui doit être promu à la présidence de Marseille Provence Métropole (MPM) si la droite l'emporte en mars prochain.

Samia Ghali et Lisette Narducci avaient fait valoir qu'il était plus judicieux de reporter l'élection après les municipales et ce, d'autant plus que 5 des 9 élus, siégeant au Conseil d'administration, sont ceux de la Ville et de la Communauté urbaine et que se profile le verdict des urnes. Autant dire, confusion des agendas. Elles proposaient que l'un des deux vice-présidents de l'EPA (qui est un fonctionnaire d'État : Étienne Crepon, l'autre est un élu, en l'occurrence, Lisette Narducci) exerce la présidence jusqu'aux élections.


Au-delà des combinaisons politiques, l'affaire interroge

Michel Vauzelle atteindra, le 15 août 2014, 70 ans et ne pourra plus présider l'établissement public dont il veut "sanctionner politiquement la dérive immobilière". Parmi les autres candidats, le vice-président PCF de Région Jean-Marc Coppola, qui brigue la présidence "pour changer le contenu et la façon de gérer cet outil public", a-t-il indiqué dans un entretien à La Marseillaise. "L'intérêt général doit guider Euroméditerranée. Il faut que cet outil ne soit plus vécu comme un moyen de recomposition sociale, visant à chasser du périmètre les couches moyennes, les familles modestes, les petits commerçants, artisans, les TPE (...) Je souhaite qu'Euroméditerranée, qui dispose de moyens considérables, cesse d'être autocentré et s'ouvre aux acteurs sociaux et économiques du territoire. Je suis effaré qu'il n'ait quasiment aucun lien avec les syndicats interprofessionnels, les CIQ, les associations... L'ambition que doit porter Euroméditerranée, c'est de redynamiser Marseille d'un point de vue social et économique en garantissant sur son périmètre l'implantation de services publics, facteurs de justice sociale, tout en initiant une dynamique d'accueil d'activités tertiaires et de commerces qui ne se limite pas à son territoire actuel."

A.D

©almodovar

Photo : L'actuel président du Conseil régional Michel Vauzelle est donné favori pour prendre la tête de l'EPA Euroméditerranée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :