Entretien du lundi - Vincent Gros : "Le secteur des logiciels est prégnant"

 |   |  298  mots
Le Deloitte In Extenso Technology Fast 50 Méditerranée vient de livrer son palmarès donnant son 1er prix à Webinterpret, l'entreprise installée à Sophia-Antipolis et spécialisée dans le développement de solutions d'internationalisation e-commerce depuis 2007. L'occasion pour Vincent Gros, associé responsable de Deloitte Méditerranée et responsable national du Technology Fast 50, de dresser un portrait-robot des entreprises technologiques de la région couvrant PACA et Languedoc-Roussillon.

-Les entreprises technologiques du territoire se portent-elle bien ?

-La région Méditerranée, qui couvre PACA et Languedoc-Roussillon, est tout à fait dans la moyenne nationale en ce qui concerne leur croissance. Elle est véritablement une région dynamique. Elle est, après l'Île-de-France et Rhône-Alpes, la troisième région créatrice d'emplois.

-Quels sont les secteurs les plus porteurs ?

-On constate le poids considérable des logiciels et de l'informatique. 50 % des candidatures qui nous ont été soumises cette année sont issues de ce secteur. Un chiffre sensiblement identique à l'an dernier. La position de Marseille en fait une place stratégique par rapport à l'Europe de l'Est et au Maghreb.

-Qu'en est-il du secteur des biotechnologies ?

-Les biotechnologies représentent 13 % des participations au Fast 50. La recherche est plus incertaine que dans d'autres secteurs. Nous avons récompensé d'ailleurs une entreprise de ce secteur, Medtech, basée à Montpellier.

-Quel est votre rôle auprès des entreprises ?

-Nous les accompagnons de différentes façons. Il faut une comptabilité, des dossiers en règle avec l'administration. Savoir poser les bonnes questions : est-ce que le produit est en phase avec le marché, celui-ci peut-il accepter mon nouveau produit, mon réseau de distribution est-il optimal ? Nous les conseillons également lors des levées de fonds, comment aller cherche du capital-développement, du capital-risque.

-La région manque d'ETI. Comment l'expliquez-vous ?

-L'existant est à mettre en rapport avec l'Histoire. La Méditerranée n'est pas une région industrielle. L'écosystème est très lié au maritime et à l'agricole. Le thème des seuils, la culture de l'entreprenariat telle qu'elle est en France, sont des freins. Mais la Méditerranée est une région dynamique, qui bouge.

Propos recueillis par Laurence BOTTERO
Crédit photo : Deloitte

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :